Les enfants de Jamal Khashoggi indemnisés par le régime saoudien

Salah Khashoggi, le fils aîné du critique assassiné le 2 octobre dernier. [Amer HILABI / AFP]

Les quatre enfants de Jamal Khashoggi perçoivent des indemnisations du régime saoudien en compensation de la mort de leur père, assassiné le 2 octobre dernier à Istanbul.

Selon les informations du Washington Post, ils se sont vu offrir une maison chacun dans un quartier résidentiel prisé de Djeddah, à l’ouest du pays. Ils recevraient également tous les mois des versements d’au moins 10.000 dollars.

En outre, selon des fonctionnaires du régime cités par le journal, des négociations devraient être mises en place à l’issue du procès des 11 agents suspectés d’avoir perpétré l’assassinat. Ces négociations «pour le prix du sang» porteraient sur des sommes beaucoup élevées, possiblement plusieurs millions de dollars pour chaque enfant.

Une garantie de silence

Selon ces mêmes sources, ces compensations, autorisées fin 2018 par le roi Salmane, seraient une manière pour le régime de garantir le silence des quatre enfants Khashoggi.

Mais un autre responsable a démenti tout obligation de silence, assurant que ce soutien financier s’inscrit dans le cadre des indemnisations versées à toutes les victimes de crimes violents. «Un tel soutien fait partie de notre coutume et de notre culture », a-t-il ajouté. 

Reste que jusqu’à présent, les deux garçons et deux filles, se sont abstenus de tout commentaire public sur l’assassinat de leur père. L’aîné, le seul qui réside encore en Arabie saoudite – les autres sont installés aux Etats-Unis – avait même été photographié serrant la main du prince héritier Mohamed Ben Salmane, peu après le décès de Jamal Khashoggi.

Critique du régime, qui travaillait notamment avec le Washington Post, ce dernier a été torturé puis assassiné le 2 octobre par de agents saoudiens à Istanbul. Alors que plusieurs voix mettent en cause MBS, Ryad assure que le prince héritier n’est aucune lié à cet assassinat, évoquant une «opération hors de contrôle» de l’Etat.

Onze suspects ont été arrêtés et le procureur général saoudien a requis la peine de mort à l’encontre de cinq d’entre eux.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles