Des singes deviennent plus intelligents après l'implantation de gènes humains

Seuls cinq primates ont vécu assez longtemps pour atteindre la phase des tests[GABRIEL BOUYS / AFP]

L'expérience est digne du célèbre film et roman de science-fiction «La Planète des singes» : en Chine, des scientifiques ont implanté un gène humain dans le cerveau d'une dizaine de singes, les rendant plus intelligents.

L'étude, publiée en mars 2019 dans la National Science Review, a été réalisée par des chercheurs de l'Institut de zoologie de Kunming (sud-ouest de la Chine) et de l'Académie des sciences chinoises, avec la collaboration de scientifiques américains de l'université de Caroline du Nord (États-Unis). 

mémoire et réaction améliorées 

Ces derniers ont sélectionné onze macaques rhésus et ont implanté, dans leur cerveau, des versions humaines du gène MCPH1, qui aurait joué un rôle prépondérant dans le développement du cerveau humain. 

Seuls cinq primates ont vécu assez longtemps pour atteindre la phase des tests. Phase pendant laquelle les scientifiques ont constaté que ces animaux avaient une meilleure mémoire à court terme et un meilleur temps de réaction, comparé à leurs congénères qui vivent dans la nature mais possédaient toutefois un cerveau de taille similaire.

«Nos résultats démontrent que des primates transgéniques non-humains (en dehors des espèces de grands singes) ont le potentiel pour fournir des aperçus importants - et potentiellement uniques - concernant des questions fondamentales sur ce qui rend l'homme unique», concluent les auteurs de l'étude, qui estiment que le macaque rhésus est suffisamment éloigné de l'homme pour ne pas susciter de problèmes éthiques. 

Malgré tout, les critiques ont fusé. «On se retrouve tout simplement sur 'La Planète des singes'», s'est offusquée Jacqueline Glover, bioéthicienne de l'Université du Colorado. «Les humaniser revient à faire quelque chose de mal. Où vivraient-ils et que feraient-ils ? Il ne faut pas créer un être vivant qui ne peut pas avoir une existence significative», a-t-elle ajouté à CNN

Au début de l'année 2019, des scientifiques chinois avaient déjà annoncé avoir cloné cinq singes à partir d'un spécimen dont ils avaient modifié les gènes pour le rendre malade. Leur but était d'étudier les troubles du sommeil.  

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles