Inquiétude autour du Palais de Westminster après l’incendie de Notre-Dame

Un programme de restauration et de rénovation de plusieurs milliards de livres est prévu à partir de 2020. [Adrian DENNIS / AFP]

Les députés britanniques ont prévenu mardi 16 avril que le palais de Westminster (où siège le Parlement britannique) courait un risque important d’incendie qui pourrait s’avérer aussi dévastateur que l’incendie de la cathédrale Notre-Dame, à moins que des mesures rapides ne soient prises pour mettre à jour l’intérieur en ruines du Parlement.

Jeremy Corbyn, le leader du parti travailliste, a déclaré que l'incendie devrait être un rappel important du travail qu'il faudrait accomplir. «Je suis allé plusieurs fois à la cathédrale Notre-Dame. C’est absolument magnifique et vous pouvez voir toute l’histoire de la France devant vous», a-t-il déclaré.

«Voyez de beaux bâtiments comme celui-ci et pensez aux beaux bâtiments que nous avons dans ce pays. Si l'un de ceux-ci était détruit par le feu, que penserions-nous de cela ? L’état du bâtiment est très médiocre à Westminster et le risque d’incendie est évidemment énorme avec un bâtiment qui contient tellement de bois», a-t-il averti.

Un programme de restauration et de rénovation de plusieurs milliards de livres doit commencer au milieu des années 2020, après que les députés et leurs pairs ont voté l'an dernier de quitter l'immeuble pour permettre la réalisation des travaux essentiels.

Une quarantaine d'incendies en quatre ans

Les équipes de sécurité incendie patrouillent constamment dans le palais néo-gothique de Westminster, qui a pris feu 40 fois entre 2008 et 2012 ; les petits incendies ont été rapidement éteints par les gardiens.

En 2016, le Guardian a signalé qu'une lumière défectueuse sur une partie obscure du toit avait causé un incendie électrique qui aurait pu se propager rapidement s’il n’avait pas été détecté.

Le système électrique vieillissant du Parlement et le labyrinthe d’arbres et de couloirs signifient qu’un incendie pourrait se propager rapidement et de façon imprévisible, ont averti les experts, sans système adéquat de compartimentage du feu.

Le leader de la Chambre des communes, Andrea Leadsom, a déclaré que l'incendie de Notre-Dame était un «rappel crucial de l'importance de la préservation de nos bâtiments historiques» et a déclaré que les risques d'incendie dans le palais de Westminster étaient constamment évalués.

Chris Bryant, député travailliste et président du Comité des finances chargé de superviser le projet de restauration du Parlement, a déclaré : «Regarder Paris ce soir me rappelle la responsabilité que notre génération a pour le Palais de Westminster, en particulier le Westminster Hall, qui date du XIe siècle».

«Nous avons déjà mis beaucoup trop de temps à mettre en place nos mesures de sécurité-incendie. Certaines parties du palais sont aussi vieilles que Notre-Dame et nous devons nous assurer que toutes les précautions d’incendie sont prises au fur et à mesure des principaux travaux. Dieu sait que nous avons eu assez d’avertissements.»

«Chaque année, le risque d’un incendie catastrophique augmente»

Le ministre du Cabinet, David Lidington, député de facto de Theresa May, a écrit une chronique il y a deux jours dans son journal local, Bucks Free Press, affirmant que le Parlement avait eu la chance d’échapper à un incendie ou à un incident majeur ces dernières années.

«Plusieurs fois, au cours de la dernière année, des morceaux de maçonnerie sont tombés des bâtiments. Nous avons eu beaucoup de chance que personne n'ait été sérieusement blessé», a-t-il écrit, peu après que les députés ont dû évacuer la Chambre des communes à cause d’une fuite d’eau.

«Pire encore, les réseaux électriques de plomberie, de chauffage et d’égouts ont largement dépassé leur durée de vie prévue et sont dans un état de délabrement avancé. Chaque année qui passe augmente le risque d’un incendie catastrophique.»

Une grande partie de l'ancien palais de Westminster a été détruite dans un incendie en 1834, puis reconstruite par l'architecte Charles Barry, bien que le palais de Westminster, vieux de 900 ans, ait survécu à l'incendie.

Lidington a déclaré que les travaux de restauration ne pourraient pas être évités, même si les bâtiments étaient transformés en musée et le Parlement transféré dans un bâtiment moderne. «Même si le Parlement devait s'installer définitivement dans un autre lieu, nous aurions l'obligation de restaurer et de rénover les bâtiments», a-t-il écrit.

«On dit parfois que le Parlement devrait déménager dans une autre ville. Le problème, c'est que les ministres sont également des députés et doivent partager leur temps entre leur ministère et le Parlement. Donc, si vous déplaciez le Parlement, vous devriez également déplacer tous les principaux départements du gouvernement, tout en payant pour réparer le palais.»

Un porte-parole du Parlement a déclaré : «La sécurité incendie est une priorité essentielle du Parlement et les protections sont constamment révisées et mises à jour, notamment sur nos sites de construction en activité.»

«L’année dernière, nous avons mené à bien un important programme de travaux visant à renforcer les mesures de sécurité incendie dans le palais de Westminster. Tandis que ces travaux se poursuivent, nous sommes prêts à tirer les enseignements de l’incendie de Notre-Dame afin de nous assurer que nous ferons tout notre possible pour protéger notre peuple et nos édifices parlementaires».

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles