Atterrissage meurtrier en Russie : la foudre responsable de l’incendie ?

Au lendemain de l’atterrissage en catastrophe d’un avion Aeroflot en Russie, les causes du drame, qui a fait 41 morts, sont toujours inconnues.

Plusieurs passagers de l’avion, ainsi que le commandant de bord en personne, affirment que l’avion aurait été frappé par la foudre peu après son décollage. «À cause de la foudre, nous avons perdu le contact radio et sommes passés en régime de pilotage minimal», a expliqué le pilote Denis Evdokimov au tabloïd russe Komsomolskaïa Pravda. «C'est à dire sans ordinateur comme à l'ordinaire, mais de manière directe. En régime d'urgence». 

Une version que certains passagers rapportent aussi : «On venait de décoller et l’appareil a été touché par la foudre», a témoigné Piotr Egorov dans la presse russe. «Oui ça a été le cas, j’ai vu un éclair de lumière blanche», a indiqué un autre passager, Dmitri Khlebouchkine, à l’agence de presse russe Ria Novosti.

Un tel phénomène n’est pas rare, sans que cela ne soit dangereux. Selon le site Futura Sciences, les avions de ligne sont touchés par la foudre toutes les 1.500 heures de vol en moyenne.

Mais ces impacts sont généralement sans conséquences pour les appareils, dont la carlingue doit en théorie être certifiée «résistante à la foudre». Un éclair peut toutefois générer un champ électromagnétique qui affecte le système électronique.

Les boîtes noires retrouvées

Les boîtes noires de l’appareil, qui ont été confiées aux enquêteurs, devraient permettre d’en savoir plus après analyse.

Le vol Su-1492 de la compagnie Aeroflot a décollé dimanche à 18h02. «Après le décollage, l’équipage a rapporté une anomalie et pris la décision de revenir à l’aéroport de départ. A 18h30, l’appareil a effectué un atterrissage d’urgence, après quoi le feu s’est déclaré», indiquait dimanche dans un communiqué l’aéroport de Moscou-Cheremetievo. 41 personnes sont décédées dans le drame.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles