Deux ans de plus pour Trump ? Un retweet qui ne fait pas rire tout le monde

Suite aux conclusions du rapport Mueller, un supporter du président a proposé sur Twitter d'allonger de deux ans le mandat du président américain pour récupérer le temps perdu. Une suggestion qui suscité l'inquiétude dans la classe politique américaine.

Pas de collusion entre Donald Trump et les Russes : après deux ans d'enquête, le milliardaire-président a finalement été blanchi de tout soupçon dans l'affaire des ingérences russe dans la campagne présidentielle de 2016. 

Depuis des mois, le président américain s'insurge contre cette enquête selon lui injuste, une véritable «chasse aux sorcières» comme il aime la nommer. Mais il semble que le locataire de la Maison-Blanche ait trouvé de quoi réparer cette injustice : deux ans de mandat bonus à la présidence des Etats-Unis. 

Donald Trump a en effet retweeté ce week-end cette proposition de Jerry Falwell Jr., président de l'université évangélique Liberty, situé en Virginie, et soutien de la première heure du chef d'Etat américain. 

Congratulant «la meilleure semaine de l'histoire» de Donald Trump, blanchi par la justice et fier d'une économie en bonne santé - le taux de chômage a atteint son plus bas niveau depuis 50 ans, à 3,6% - cet ancien avocat a plaidé pour que le président soit dédommagé pour les suspicions et le temps perdu depuis deux ans. 

«Trump devrait avoir deux ans ajoutés à son premier mandat comme remboursement pour le temps volé par ce coup d'Etat corrompu», écrivait-il ce dimanche.

Il n'a pas fallu longtemps avant que le président, régulièrement provocateur sur le réseau social, ne partage cette suggestion sur sa propre page. Si son entourage et ses proches conseillers se sont empressés d'euphémiser ses propos - une extension de mandat reviendrait à bafouer la constitution américain - une telle insinuation n'a pas manqué de faire réagir dans le camp des démocrates, comme l'a relevé le Washington Post

L’inquiétude est réelle chez les démocrates. A force d'entendre se plaindre le président d'une élection «truquée» en 2016, beaucoup redoutent que le milliardaire conteste la légitimité de l’élection en 2020 s’il est battu ... ou plaide pour une prolongation de son premier mandat.

C'est notamment ce que redoute la présidente de la chambre des représentants, Nancy Pelosi. «Nous devons vacciner contre cela, nous devons nous protéger contre cela», avait-elle déclaré au New York Times.

Une manière de tester les limites de la démocratie américaine ? Cité dans l'article du Washington Post, la chercheuse Ruth Ben-Ghiat, professeur à l'université de New York, met en garde : «les autoritaires testent continuellement les limites pour voir ce qu'ils peuvent faire, et tout ce qu'il fait est un défi pour les démocrates: organiser une réponse contre lui.»

Néanmoins, avec ce micro-buzz, le président continue de promouvoir l'idée que l'enquête sur les ingérences russes lui ont bel et bien «volé» deux ans de présidence, sans pour autant dévaluer «son énorme succès». 

À suivre aussi

«Un enfant mineur mérite le respect de sa vie privée et doit être tenu à l'écart de la politique», a tweeté Melania Trump suite à la mention de son fils, Barron, au Congrès.
Etats-Unis Melania Trump en colère après une blague sur son fils au Congrès
La bataille de l'argent, au moins aussi importante que celle des idées aux Etats-Unis
Etats-Unis Présidentielle américaine : la bataille du financement des campagnes
Justice Le vigile qui a tué un adolescent noir poursuit la famille de sa victime et réclame 100 millions de dollars

Ailleurs sur le web

Derniers articles