Donald Trump a perdu plus d’un milliard de dollars entre 1985 et 1994

Alors que le candidat Trump avait bâti sa campagne de 2016 sur son image de businessman à succès, ses affaires semblent ne pas avoir toujours été lucratives. [TIMOTHY A. CLARY / AFP]

Casinos, hôtels, immobilier : on pensait le business du locataire de la Maison Blanche florissant. Or, d'après les révélations du New York Times, parues ce mardi, le président américain Donald Trump, alors hommes d'affaires, a perdu plus d'un milliard de dollars entre 1985 et 1994.

En s'appuyant sur des documents fiscaux fédéraux, les journalistes du quotidien new-yorkais lèvent le voile sur les finances catastrophiques des principales entreprises de Donald Trump : sur la seule année 1985, par exemple, les pertes du milliardaire s'élèvent à 46,1 millions de dollars (41,2 millions d'euros). Ses finances restent ainsi dans le rouge, au moins jusqu'en 1994, année jusqu'où s'étend l'analyse fiscale. 

Au total, celui qu'on aime surnommer le «magnat de l'immobilier» a cumulé plus de 1,17 milliard de dollars (1,05 milliard d'euros) de pertes en 10 ans. Le journal l'affirme : «Année après année, M. Trump a perdu plus d’argent qu’aucun autre contribuable américain».

En comparant les chiffres avec les statistiques publiques des services fiscaux américains, le journal retrouve également la trace de pertes supérieures à 250 millions de dollars, enregistrées en 1990 et en 1991. Des montants qui semblent représenter plus du double des pertes de tout autre contribuable du pays. 

Trump aurait évité de payer des impôts

Le New York Times révèle ainsi que ces pertes astronomiques ont permis à l'homme d'affaire d'éviter tout prélévement d'impôt pendant huit de ces dix années. Or, selon un avocat du président, interrogé par le journal, ces informations «à propos des déclarations d'impôts du président et de ses affaires datant d'il y a trente ans sont extrêmement inexactes».

Ces révélations tombent presque à pic : le département du Trésor américain vient une nouvelle fois de signifier un refus aux démocrates au Congrès quant à la publication des déclarations de revenus du président. Si l'enquête du New York Times ne concernent pas la période, plus récente, qui intéresse l'opposition, elle semble bien renforcer la légitimité du doute porté sur le business Trump. 

Une première enquête d'octobre 2018 avait déjà quelque peu effrité la figure du self-made man, image sur laquelle s'est bâti l'actuel président américain : il aurait en effet reçu plus de 400 millions de dollars de ses parents, issus de la fortune de son père, le promoteur immobilier Fred Trump, en partie grâce à des manœuvres d'évasion fiscale.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles