L'Allemagne inhume des victimes d'expériences commises par des médecins nazis

L'hôpital Charité de Berlin, qui dirige le programme d'inhumation L'hôpital Charité de Berlin, qui dirige le programme d'inhumation[DAVID GANNON / AFP]

Une cérémonie pas comme les autres. À Berlin, des restes microscopiques de victimes du nazisme vont être inhumés le 13 mai en présence de leurs descendants, d'un rabbin et de membres de l'Église protestante.

Ces restes, qui seront mis en terre, proviennent de corps qui avaient été soumis à des expériences scientifiques de leur vivant. Ils sont posés dans des lamelles de laboratoire, retrouvées dans des boîtes appartenant aux héritiers d'Hermann Stieve, un médecin anatomiste de l'Allemagne nazie. Sa spécialité étant l'étude du stress et de la peur sur le système reproductif féminin, ses sujets d'études étaient avant tout des femmes. 

Andreas Winkelmann, professeur d'anatomie, a identifié une vingtaine de ces victimes en deux ans. Il explique par ailleurs que la cérémonie est très importante pour la mémoire de celles-ci : «des tissus aussi minuscules ne sont en général pas considérés comme valant la peine d'être enterrés (...) mais là l'histoire est particulière, puisqu'ils proviennent de personnes qui ont été délibérément privées de sépulture afin que leurs proches ne sachent pas où elles se trouvent». 

L'hôpital Charité de Berlin, qui dirige le programme, a déclaré qu'il s'agissait en effet de «rendre un peu de leur dignité aux victimes». Il s'agit également pour l'Allemagne de montrer qu'elle peut «affronter son passé».

Vous aimerez aussi

Polémique Vidéo : le nouveau clip de Rammstein crée la polémique
Simon Vrusho, professeur chrétien qui a fondé le "Musée Salomon", seul musée juif d'Albanie, lors d'un entretien avec l'AFP le 6 février 2019 à Bérat, quelques jours avant d'être emporté par une crise cardiaque [Gent SHKULLAKU / AFP]
mémoire Albanie : l'unique musée juif menacé de disparition
Pension du régime nazi : 54 Français touchent encore une retraite
Politique Pension du régime nazi : le gouvernement veut identifier les 54 Français qui en bénéficient

Ailleurs sur le web

Derniers articles