Glyphosate : Monsanto condamné à payer 2 milliards de dollars à des victimes du Roundup

Troisième revers judiciaire majeur pour le Roundup et son fabricant Monsanto, absorbé l'an dernier par l'allemand Bayer: un jury américain l'a condamné lundi à verser 2 milliards de dollars à un couple de septuagénaires atteints d'un cancer.

Ce jugement record intervient alors que Bayer est aux prises avec une polémique en France autour d'un fichage -par une agence de communication employée par Monsanto- de centaines de personnalités concernant leur position sur les OGM ou le glyphosate, des révélations qui ont conduit à l'ouverture d'une enquête.

Bayer, qui a finalisé le rachat de Monsanto l'an dernier, est fortement secoué en Bourse en raison précisément des déboires judiciaires de Monsanto et son Roundup, dont le principe actif est le glyphosate, substance controversée.

Lundi, un jury d'Oakland, près de San Francisco (ouest), a accordé deux milliards de dollars aux époux Pilliod, tous deux atteints d'un lymphome non-hodgkinien, au titre de dommages «punitifs» destinés à sanctionner Monsanto.

Bayer, qui s'est dit dans un communiqué «déçu» et compte faire appel, affirme toujours que le Roundup et le glyphosate sont sans danger. Le Roundup, très lucratif, est vendu dans le monde entier depuis une quarantaine d'années.

«Malveillance»

«Nous aurions aimé que Monsanto nous prévienne, qu'il y ait quelque chose sur l'étiquette (qui dise) que cela pouvait causer le cancer, nous ne l'aurions pas utilisé», a déclaré d'une voix faible Alberta Pilliod, qui se déplace avec une canne comme son mari, lors d'une conférence de presse à San Francisco. Le couple a commencé à utiliser le Roundup en 1982. Son mari a été diagnostiqué en 2011 et elle en 2015.

Ce jugement est «le plus clair possible (...): Monsanto doit changer son comportement», a aussi déclaré un autre avocat, Brent Wisner, ajoutant que «Bayer avait fait une erreur» en rachetant Monsanto. Bayer a rappelé lundi que l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA) avait réaffirmé fin avril que le glyphosate n'était «probablement pas cancérigène pour les humains».

Accusant l'EPA et Monsanto de collusion, Me Wisner a affirmé que «l'EPA ne travaille pas pour le peuple américain, elle travaille pour Monsanto». Le jury a aussi accordé 55 millions de dollars aux Pilliod à titre compensatoire (pertes économiques, préjudice moral...).

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles