Après s'être installés sur Mars, les colons pourraient ne plus pouvoir se reproduire sur Terre

Sur Mars, la myopie risque de se généraliser en raison du confinement des voyageurs dans des espaces étroits.[WANG ZHAO / AFP]

L'installation espérée de l'homme sur Mars pose de nombreuses questions. La dernière ? Celle de sa reproduction, car un séjour prolongé sur la planète rouge pourrait avoir des répercussions sur les gènes des colons.

Selon le biologiste américain Scott Solomon, les premiers habitants de Mars et leurs descendants devront s'apprêter à vivre un «rollercoaster de l'évolution».

Dans une interview accordée à Inverse, il explique que l'absence d'atmosphère et de l'exposition directe aux rayonnements cosmiques et aux radiations vont engendrer des modifications sur l'organisme humain. Un nouveau spécimen d'homo sapiens pourrait ainsi voir le jour après la colonisation de Mars.

Une fragilisation de l'être humain

Toutefois, ce bouleversement sera alors logiquement incompatible avec les hommes restés sur Terre.

Une des premières modifications du corps humain sera liée à la gravité sur Mars, bien plus faible que sur Terre. Cette attraction réduite aura alors un impact sur la composition des os des colons. Par exemple : les femmes seront particulièrement touchées car elles risqueront des fractures de bassins en cas d'accouchement sur place. Et faute d'oxygène suffisant, les muscles risque de se détériorer rapidement.

Mais, les yeux seront également touchés. Selon une étude publiée dans la revue PNAS début mai, les voyages dans l'espace altèrent l'acuité visuelle. Sur Mars, la myopie risque de se généraliser en raison du confinement des voyageurs dans des espaces étroits.

Autre problème plus préoccupant : le système immunitaire ne restera pas indemne. Il risque de se fragiliser rapidement à cause de l'environnement stérile où vivront les colons sur Mars.

Vers une mutation ?

Néanmois, l'adaptation de l'homme sur Mars sera rapide. Ainsi, des hommes aux os plus dense naîtront pour rééquilibrer les effets de la faible gravité. De même, la deuxième génération de colons aura très probablement, selon Scott Solomon, une nouvelle couleur de peau, adaptée aux rayons cosmiques. 

De même, le système sanguin sera tout autre et beaucoup plus adapté à l'environnement martien.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles