Aux Etats-Unis, des parents autorisés à utiliser le sperme de leur enfant décédé pour en concevoir un autre

Le premier prélèvement de sperme post-mortem aux États-Unis a eu lieu il y a environ quarante ans.[©Mike Coppola / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

La Cour suprême de l’État de New York a autorisé les parents de Peter Zhu, un élève officier décédé accidentellement en février, à utiliser son sperme pour concevoir un enfant.

Elève dans une prestigieuse école militaire de Westpoint, Peter Zhu, 21 ans, a été victime d’un grave accident de ski. Quelques jours après le drame, ses parents, Chinois, avaient demandé l’autorisation légale de prélever et de conserver son sperme pour avoir un nouvel héritier.

En effet, Peter était fils unique, mais aussi l’unique petit-fils de son grand-père. Ses parents, Yongmin et Monica Zhu, ont donc insisté sur leur besoin de faire perdurer l’héritage familial en expliquant à la Cour que leur fils avait exprimé le souhait de se marier et d’avoir cinq enfants.

La semaine dernière, le verdict de la Cour suprême de l’État de New York est tombé : «À ce stade, indique le jugement, la Cour n’imposera aucune restriction quant aux usages que peuvent faire les parents de Peter de son sperme. Cela inclut de potentielles fins procréatives. La Cour ne voit d’interdiction pour ce faire ni dans la loi de l’État de New York, ni dans la loi fédérale. », rapporte le Washington Post.

Le juge a tout de même fait remarquer que «Cela ne signifie pas, toutefois, que les requérants ne devraient pas surmonter certains obstacles ou faire face à d’importantes questions s’ils décidaient d’utiliser le sperme de Peter à des fins procréatives».

En effet, pour des raisons éthiques, plusieurs médecins pourraient être réticents quant à l’idée d’une conception post-mortem avec mère porteuse.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles