Bangladaise brûlée vive : 16 personnes encourent la peine de mort

La mort de Nusrat Jahan Rafi le mois dernier avait déclenché des manifestations partout au Bangladesh.[AFP]

Plusieurs jours après avoir déposé plainte pour harcèlement sexuel contre le directeur de son école coranique, Nusrat Jahan Rafi, Bangladaise de 19 ans, avait été brûlée vive au mois d'avril. 16 personnes ont depuis été arrêtées par les autorités locales. Elles encourent la peine de mort.

Attirée sur le toit de son école, la jeune femme avait été sommée de retirer sa plainte par ses agresseurs. Face à son refus, ces derniers l'avaient ligotée avec un foulard avant de l'asperger d'essence et de la brûler. Le plan prévoyait de faire passer sa mort pour un suicide.

La victime avait subi des brûlures sur 80% de son corps et est morte à l'hôpital. Avant son décès, elle a enregistré une vidéo où elle réitérerait ses accusations contre le principal de l'école soupçonné d'avoir commandité son assassinat.

La mort de Nusrat Jahan Rafi le mois dernier avait déclenché des manifestations partout au Bangladesh. La Première ministre bangladaise avait promis des poursuites contre toutes les personnes impliquées dans l'affaire.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles