Kazakhstan : Tokaïev remporte la présidentielle avec 70,8% des voix

Dépouillement des bulletins de vote, le 9 juin 2019 à Nur-Sultan, au Kazakhstan [Stanislav FILIPPOV / AFP] Dépouillement des bulletins de vote, le 9 juin 2019 à Nur-Sultan, au Kazakhstan. [Stanislav FILIPPOV / AFP]

Le président par intérim du Kazakhstan, Kassym-Jomart Tokaïev, a remporté la présidentielle anticipée de dimanche avec 70,8% des voix, a annoncé lundi la Commission électorale centrale.

Son plus proche rival, Amirjan Kossanov, a obtenu 16,2% lors du scrutin convoqué dans cette ex-république soviétique d'Asie centrale après la démission surprise en mars de Noursoultan Nazarbaïev, qui avait dirigé sans partage le pays depuis son indépendance en 1991.

La victoire de M. Tokaïev, un diplomate de carrière de 66 ans, ne faisait guère de doute puisqu'il était soutenu par l'ex-président.

Mais ce scrutin a surtout été marqué par d'importantes manifestations à travers le pays, les protestataires appelant au boycott d'une élection qu'ils estimaient jouée d'avance.

Dans les deux principales villes kazakhes, la capitale Nur-Sultan et Almaty, des journalistes de l'AFP ont été témoins de plusieurs centaines d'arrestations.

Kassym-Jomart Tokaïev, élu dimanche nouveau président du Kazakhstan, dans un bureau de vote à Nur-Sultan, le 9 juin 2019  [VYACHESLAV OSELEDKO / AFP]
Kassym-Jomart Tokaïev, élu dimanche nouveau président du Kazakhstan, dans un bureau de vote à Nur-Sultan, le 9 juin 2019 [VYACHESLAV OSELEDKO / AFP]

Au total, «environ 500» personnes ont été conduites dans les commissariats des deux villes, selon les chiffres du vice-ministre de l'Intérieur Marat Kojaïev, qui en a rejeté la faute sur des «éléments radicaux» ayant organisé des «manifestations non autorisées».

Malgré sa démission, Noursoultan Nazarbaïev conserve des fonctions clé dans le système politique kazakh.

En 2015, pour son cinquième et dernier mandat, Noursoultan Nazarbaïev avait obtenu presque 98% des voix.

Ses victoires électorales successives n'ont jamais été reconnues comme libres et justes par les observateurs internationaux.

Au cours de sa campagne, M. Tokaïev a promis de se placer dans la continuité de son prédecesseur. Une de ses premières décisions en tant que président par intérim avait d'ailleurs été de renommer la capitale, Astana, «Nur-Sultan», du nom de son prédécesseur.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles