Uber Air, City Airbus, Terrafugia... les voitures volantes deviennent réalité

La Terrafugia, voiture-avion dont les ailes se replient autour de l'habitacle, devrait être commercialisée dans les mois qui viennent.[STAN HONDA / AFP]

L’entreprise Uber organise mardi et mercredi une conférence spécifiquement dédiée au développement de véhicules aériens, dans le but de désengorger les centres urbains. Son modèle de taxi volant, dont les premiers vols doivent être effectués l’an prochain, est très attendu.

Et la société américaine n’est pas la seule sur les rangs. Airbus (en partenariat avec la RATP), avec les prototypes Vahana et City Airbus, mais aussi Boeing, le Chinois Ehang ou l’Allemand eVolo ont chacun commencé à tester leurs appareils.

Uber apparait néanmoins le plus avancé et le plus prêt à se lancer concrètement dans la commercialisation de son «Uber Air». L’entreprise cherche donc à convaincre les autorités de sa capacité à assurer la sécurité de ses machines, et souhaite profiter de la conférence pour engager des discussions sur le bien-fondé de son projet, qui nécessitera obligatoirement une modification de la réglementation aérienne pour voir le jour.

taxi_volant_uber_robyn_beck_afp_5cfe8542d45c6.jpg

[Maquette d'un des futurs taxi volant de Uber Air.]

La France fait d’ailleurs parti d’une courte liste de pays où Uber Air est susceptible de se lancer, avec le Japon, le Brésil et l’Inde (les marchés de Los Angeles et Dallas ont déjà été sélectionnés). Les vols de démonstration sont prévus pour l’an prochain et leur commercialisation pour 2023.

les premières voitures volantes en phase de commercialisation

Les années qui viennent devraient d’ailleurs marquer une étape importante pour le secteur, puisque de nombreux constructeurs ont annoncé la mise à la vente sous peu de voitures volantes. Ainsi, Volvo s’est récement associé à la start up américaine Terrafugia, pour développer une voiture-avion. Muni d’ailes rétractables, l’engin, baptisé Transition, est prévu pour atteindre 160 km/h au sol et 600 km/h dans les airs. Il a déjà été approuvé par la Federal Aviation Administration et pourrait entrer très rapidement sur le marché, en fin d’année où à partir de 2020. Le véhicule devrait coûter 280 000 dollars, soit près de 250 000 euros.

La société néerlandaise Pal-V a elle aussi pour ambition de commercialiser en 2019 son modèle de véhicule hybride. Roulant sur trois roues, il pourra déployer son dispositif volant en cinq minutes, pour se transformer en une sorte de petit hélicoptère. Présenté en 2018 au salon de Genève, le Pal-V a besoin de 100 à 200 mètres d’élan pour décoller. Le conducteur, qui aura obligatoirement besoin d’un brevet de pilote privé, pourra être accompagné d’un passager. Il devra avant cela débourser 500 000 euros pour s’offrir un des 90 exemplaires en édition limité. Un modèle standard, qui vaudrait environ 300 000 euros, devrait également voir le jour.

D’autres projets sont également en développement, comme au Japon, où la société Cartivator a fait de 2023 un objectif pour la commercialisation de son Skydrive. Le véhicule, doté de trois roues, pourrait s’envoler à 10 mètres du sol et atteindre la vitesse de 100 km/h dans les airs. Il ne pourrait en revanche transporter que son pilote. Une démonstration du véhicule pourrait même être faite lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Tokyo, l’été prochain, où il servirait à allumer la flamme.

D'autres concepts, plus ou moins avancés, devraient faire gonfler le secteur très à court terme.

À suivre aussi

Transports Paris : le métro fête les Gaulois ce mercredi pour les 60 ans d'Astérix
Transports SNCF : des voyageurs bloqués en gare de Marseille et Toulon en raison d'une fuite de gaz
Vacances SNCF : les billets pour Noël sont en vente

Ailleurs sur le web

Derniers articles