Le Japon interdit le pilotage de drone en état d'ivresse

Il ne sera plus possible de conduire un drone après une soirée arrosée Il ne sera plus possible de conduire un drone après une soirée arrosée[Michael TEWELDE / AFP]

Pas question de faire n'importe quoi avec un drone. Les députés japonais viennent de passer une loi interdisant la conduite de ces engins téléguidés en état d'ivresse.

Très populaires au Japon, les drones peuvent rapidement devenir dangereux. En effet, pesant parfois plusieurs kilos, une chute de l'objet sur une personne peut provoquer des blessures ou des dégâts très importants. C'est l'une des raisons qui ont poussé les parlementaires japonais à voter cette loi (qui doit encore être approuvée par les sénateurs).

En cas d'infraction, les personnes incriminées risquent un an de prison et jusqu'à 300 000 yens d'amende, soit 2 400 euros environs. «Nous pensons que piloter un drone en ayant bu est aussi grave que de conduire sous l'emprise de l'alcool», a déclaré un fonctionnaire du ministère des Transports. Mais ce n'est pas tout. Les simples manoeuvres comme des loopings ou des plongeons rapides pourront elles aussi être sanctionnées. 

Le pays n'est pas pour autant le pionnier dans ce genre de législation, puisqu'aux États-Unis, dans l'État du New Jersey, les personnes en état d'ébriété pilotant un drone risquent six mois de prison et 1 000 dollars d'amende. Il faut dire que les accidents de drone ont été largement médiatisés depuis plus de deux ans, alors que ces engins ont connu une popularité importante. La prudence est donc de mise lorsque l'on s'essaye au pilotage.

À suivre aussi

réglementation Pétards et feux d’artifice le 14 juillet : que dit la loi ?
loi Des députés de gauche appellent à défendre «le droit fondamental» de l'IVG
législation Vincent Lambert : les lois sur la fin de vie dans le monde

Ailleurs sur le web

Derniers articles