Le Royaume-Uni plus pessimiste et divisé que jamais, selon une étude

Deux militants, l’un anti-Brexit, l’autre pro-Brexit, lors d’une discussion tendue devant le Parlement à Londres, le 29 mars dernier. Deux militants, l’un anti-Brexit, l’autre pro-Brexit, lors d’une discussion tendue devant le Parlement à Londres, le 29 mars dernier. [Niklas HALLE'N / AFP ]

Publiée dans l'hebdomadaire britannique The Observer ce dimanche 16 juin, une étude du cabinet de conseil BritainThinks met en lumière le pessimisme et les divisions au Royaume-Uni, à des niveaux plus vus depuis des décennies. Une situation provoquée en partie par le Brexit.

La question du retrait de l'UE, qui semble insoluble (le divorce a été reporté deux fois mais toujours aucun accord n'a été trouvé outre-Manche), a vraisemblablement dégradé la confiance des Britanniques en leurs hommes et femmes politiques. Ainsi, moins de 6 % des personnes interrogées dans le sondage pensent que les politiciens les comprennent. Au contraire, elles sont plus de huit sur dix (83 %) à se sentir déçues par l'ensemble de l' «establishment» politique. Une désenchantement qui se transforme même pour beaucoup en embarras, quasiment les trois-quarts des sondés (73 %) pensant que leur pays est la risée du reste du monde.

Même le changement à venir de Premier ministre (Theresa May a démissionné le 7 juin dernier) ne donne pas de supplément d'espoir aux Britanniques. En effet, près de neuf sur dix (86 %) croient que le Royaume-Uni a plus que jamais besoin d'un dirigeant fort, mais 21 % seulement pensent que le prochain chef de l'exécutif, quel qu'il soit (ce sera Boris Johnson selon la moitié des quelque 2 000 sondés), sera à la hauteur de la tâche.

Une société fracturée

En plus de frustrer les Britanniques, le Brexit est par ailleurs en train de diviser très profondément la société. Plus de la moitié des citoyens ayant voté pour la sortie de l'UE il y a trois ans (57 %) sont en effet optimistes vis-à-vis de l'avenir de leur nation, contre seulement un sur cinq (20 %) parmi ceux ayant voté pour le maintien dans l'Union.

On retrouve logiquement cette scission au niveau générationnel, puisque, lors du lors du référendum sur le Brexit en juin 2016, les jeunes avaient davantage voté pour le «Remain», et les plus âgés majoritairement pour le «Leave». Ainsi, plus de la moitié des personnes âgées de plus de 65 ans (52 %) se sentent optimistes quant à l'avenir du Royaume-Uni, un chiffre qui chute à 24 % chez les moins de 34 ans.

Cette polarisation de la société britannique ne risque pas de s'arranger selon les personnes interrogées. 69 % sont en effet pessimistes vis-à-vis de l'unité nationale, et 72 % pensent que, d'ici un an, le pays sera plus divisé qu'il ne l'est déjà.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles