Une sonde européenne lancée en 2022 pour explorer Jupiter

Jupiter est la plus grosse planète du système solaire.[©Handout / NASA / AFP]

C’est une ambitieuse mission d'exploration. Au premier jour du Salon international de l'aéronautique et de l'espace au Bourget, l’Agence spatiale européenne (ESA) a signé avec la société Arianespace un contrat pour lancer une sonde européenne chargée d'aller étudier Jupiter et ses lunes glacées.

«Nous utiliserons soit l'actuelle Ariane 5 soit le lanceur de nouvelle génération Ariane 6» (dans sa version A64, avec quatre propulseurs), a précisé le président exécutif d'Arianespace, Stéphane Israël. «Nous allons travailler sur les deux lanceurs et dès que la compatibilité d'Ariane 6 sera établie, nous pourrons switcher sur le nouveau lanceur, si l'ESA en est d'accord», a-t-il ajouté.

La sonde voyagera pendant sept ans et demi

Lancée mi-2022 depuis la Guyane française, la sonde Juice (JUpiter ICy moons Explorer), voyagera pendant sept ans et demi en bénéficiant des assistances gravitationnelles de la Terre, de Vénus et de Mars, avant d'atteindre le système jovien. Elle entrera en orbite autour de la géante gazeuse en octobre 2029.

Pendant au moins trois ans, elle travaillera pendant pour observer Jupiter et mener des études approfondies de trois de ses plus grandes lunes glacées comme Ganymède, Europa et Callisto, abritant potentiellement des océans internes.

Ariane 6

«Juice sera d'une importance capitale pour déterminer le potentiel d'habitabilité des planètes présentant potentiellement des océans, au-delà de la nôtre», a souligné Günther Hasinger, directeur des programmes scientifiques de l'ESA. Si le calendrier se déroule comme prévu, la mission devrait s'achever en juin 2033.

Une autre annonce vient aussi remplir le carnet de commandes d’Ariane 6, dont le vol inaugural est prévu en 2020. La société américaine de communications Viasat qui devait faire lancer un de ses satellites ViaSat-3 par une Ariane 5, a décidé d’opter pour une Ariane 6 «pour profiter d’une injection en orbite qui va lui permettre d’arriver plus rapidement.»

Autre annonce concernant la fusée Ariane 6, dont le vol inaugural est prévu en 2020, la société américaine de communications Viasat qui devait faire lancer un de ses satellites ViaSat-3 par une Ariane 5, a décidé d'opter pour une Ariane 6 «pour profiter d'une injection en orbite qui va lui permettre d'arriver plus rapidement (...)», a annoncé Stéphane Israël.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles