Russie : l'opposant Alexeï Navalny condamné à 10 jours de prison

L'opposant russe Alexei Navalny le 24 juin 2019 à Moscou [Vasily MAXIMOV  / AFP] L'opposant russe Alexei Navalny le 24 juin 2019 à Moscou. [Vasily MAXIMOV / AFP]

Le principal opposant au Kremlin, Alexeï Navalny, a été condamné lundi à une peine de dix jours de détention pour avoir participé mi-juin à une marche de soutien au journaliste Ivan Golounov, non autorisée par les autorités.

«Dix jours de détention», a écrit sur Twitter sa porte-parole, Kira Iarmych, alors que l'opposant était jugé lundi par un tribunal de Moscou.

M. Navalny a été reconnu «coupable de violation de la loi en vertu de l'article 20.2 du Code pénal (violations répétées des dispositions sur l'organisation de manifestations publiques)», a déclaré le juge, selon les agences de presse russes, en rendant son verdict.

Interpellé comme des centaines d'autres manifestants au cours de cette marche organisée le 12 juin, l'opposant avait été libéré quelques heures plus tard.

«Dix jours de détention pour une manifestation contre l'arbitraire. Ce n'est pas agréable mais je pense avoir bien fait. Si on se tait et qu'on reste assis chez soi, l'arbitraire ne cessera jamais», a commenté M. Navalny sur Twitter.

Le directeur de son équipe à Saint-Pétersbourg (nord-ouest), Alexandre Chourchev, a par ailleurs annoncé jeudi avoir été frappé par deux individus alors qu'il se déplaçait dans le centre de la seconde ville de Russie.

«C'est la deuxième fois de la semaine. Ce n'est lié qu'aux élections (municipales, en septembre). C'est une tentative pour m'impressionner», a-t-il écrit sur Twitter, indiquant avoir reçu des violents coups à la tête.

L'arrestation en juin d'Ivan Golounov, qui avait dénoncé des accusations de trafic de drogue montées de toute pièce, avait provoqué une mobilisation sans précédent de la société civile russe.

Ce journaliste d'investigation réputé avait été relâché au bout de quelques jours et les charges à son encontre abandonnées, mais ses partisans avaient maintenu une marche prévue le lendemain de sa libération. Non autorisée, elle s'était soldée par plus de 400 arrestations.

Ces dernières années, Alexeï Navalny a organisé certaines des plus grandes manifestations contre le président russe Vladimir Poutine, ce qui lui a valu plusieurs condamnations à de courtes peines de détention.

La dernière remonte à l'été 2018. D'abord condamné à 30 jours de prison pour l'organisation d'une manifestation non autorisée en janvier, il avait été arrêté dès sa sortie de prison en septembre et condamné à 20 jours supplémentaires pour l'organisation d'une autre manifestation.

Il s'est aussi fait connaître par ses vidéos dénonçant la corruption des plus hautes figures gouvernementales, diffusées sur YouTube cumulant plusieurs dizaines de millions de vues.

M. Navalny est devenu la principale figure de l'opposition russe depuis d'imposantes manifestations en 2011 et 2012, sa rhétorique anti-corruption trouvant un écho particulier auprès des jeunes qui le suivent sur internet.

À suivre aussi

Justice Affaire Kulik : condamné à 30 ans de réclusion, Willy Bardon toujours dans un «état critique», «sort progressivement du coma»
Pendant plus de trois heures, Jean-Marc Reiser a répondu aux questions de la juge d’instruction. Le premier interrogatoire depuis la découverte du corps de Sophie Le Tan fin octobre.
Enquête Première audition pour Jean-Marc Reiser depuis la découverte du corps de Sophie Le Tan
Justice François Bayrou mis en examen dans l’affaire des assistants parlementaires du MoDem

Ailleurs sur le web

Derniers articles