Poil, Arnac-La-Poste, Corps-nuds... : les communes aux noms burlesques célèbrent leur fête nationale

Les habitants de Monteton, Vatan ou Coubisou se donnent rendez-vous à Ballots ce week-end, pour le rassemblement annuel des communes aux noms burlesques [Capture d'écran Google Maps]

Arnac-La-Poste, Simplé, Corps-nuds, Poil ou encore Bourgougnague : sur la route des vacances ou près de chez vous, peut-être avez-vous déjà croisé ces communes aux noms cocasses ? Fières de leur originalité, elles se rassemblent ce week-end lors d'une fête populaire sous le signe de l'autodérision

«Profiter de son nom pour se faire un nom», c'est la devise de ce rassemblement annuel, organisé chaque année dans une des quarante villes membres du «groupement des communes aux noms burlesques, pitoresques et chantants». Pour cette dix-septième édition, c'est Ballots, commune de Mayenne aux 1 300 habitants, qui s'en charge.

Bretons, Occitans, Normands, Provençaux, Vendéens seront là pour se faire entendre avec, leurs accents et leurs traditions. «A Monteton, il y a du monde au balcon», «Vatan tu reviendras!» : avec chacune son slogan, elles sont une trentaine de commune à venir représenter avec fierté leur terroir.

Sur le marché de producteurs, les vins de Vinsobres, dans la Drôme, les mogettes de Beaufou, en Vendée, ou encore les œufs de Marans, en Charente-Maritime, viendront ravir les papilles des 10 000 visiteurs attendus samedi et dimanche.

Randonnée pédestre, spectacle de majorettes et même un concours du meilleur cri de cheval : plusieurs centaines de bénévoles devraient être à pied d'œuvre pour célébrer l'humour et le terroir.

L’idée d’un regroupement des communes aux noms burlesque est née en 2003, à l’initiative du maire d’une commune de Gascogne, Minjocèbos («mangeur d'oignons» en occitan). Avec dix membres au départ, l’association compte désormais une quarantaine de membres. L’occasion de sortir Coubisou, Folles ou Grateloup de l’anonymat et mettre en valeur leur patrimoine.

À suivre aussi

Depuis mardi, plus de quinze mille élus sont réunis Porte de Versailles, à Paris, pour débattre du projet présidentiel pour les communes.
Collectivités Le cri d'alarme des maires
Les maires des communes rurales restent les mieux connus de leurs administrés, qui citent leur nom à 61 %.
Sondage Un Français sur deux est incapable de citer le nom de son maire
Collectivités Macron veut réduire le nombre d'élus locaux

Ailleurs sur le web

Derniers articles