Un site porno demande à ses membres de décrire la «femme parfaite», c'est un ensemble de clichés

Selon les amateurs de porno, la «femme parfaite» serait une femme de 25 ans, épilée intégralement, aux cheveux longs, à la bouche pulpeuse, aux yeux bleus...[© capture Instagram shy.yume]

«Je suis Shy, la femme de vos rêves», peut-on lire sur son compte Instagram. En juin dernier, le site pornographique xHamster a demandé à 50.000 adhérents issus de 150 pays d'imaginer ce qui serait, à leurs yeux, la «femme parfaite». Sans grande surprise, le résultat est un bon vieux concentré de stéréotypes.

D'un point de vue purement physique, l'idéal de la féminité serait donc une femme bisexuelle de 25 ans, épilée intégralement, aux cheveux longs, à la bouche pulpeuse, aux yeux bleus, au nez fin et aux courbes généreuses. Et, concernant son origine, xHamster a combiné les préférences des internautes – européenne et asiatique – pour en faire une femme... eurasienne. Le compte (des clichés) est bon.

 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Hi everyone!⠀ ⠀ I’m Shy, I’m 25, and I’m super glad to see you all!⠀ ⠀ Let's see who’s here 

Une publication partagée par I’m Shy (@shy.yume) le

Autre stéréotype flagrant : la sexualité de la femme imaginée. La femme parfaite serait bisexuelle, non pas en tant que femme libérée sexuellement, mais au sens qu'elle est vouée à répondre aux désirs des hommes. «Elle est bisexuelle pour être disponible pour des plans à trois mais pas avec deux hommes. Seulement pour le plaisir de l'homme hétérosexuel en faisant l'amour avec lui et une autre femme», explique Alice, cofondatrice du compte Instagram Paye Ta Bi, dans les colonnes de Slate.fr.

Des stéréotypes hypersexualisés

Si Shy, qui signifie timide, s'appelle ainsi, c'est parce qu'elle ferait directement référence à l'image de la jeune femme asiatique discrète, donc soumise dans l'imaginaire de certains. Les sites pornographiques ont d'ailleurs largement capitalisé sur cette fétichisation des femmes asiatiques, véhiculant des clichés sur leur souplesse, leur savoir-faire en massage ou d'autres attributs anatomiques particuliers.

«Ça peut paraître comme un compliment parce qu’on parle d’attirance physique, mais ça cache une forêt d’hypersexualisation de la femme asiatique qui serait réduite à des attributs corporels et sexuels», détaille Grace Ly, auteure de Jeune fille modèle (éd. Fayard), auprès du site Glamour. Des stéréotypes hérités de l'époque coloniale qui, à croire l'initiative de xHamster, semblent encore avoir de beaux jours devant eux.

 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Like a Greek goddess 

Une publication partagée par I’m Shy (@shy.yume) le

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles