L'Inde annule son lancement d'une sonde sur la Lune au dernier moment

Les Indiens, déçus, voulaient que la mission spatiale Chandrayaan-2 soit une réussite. [Capture d'écran Twitter @isro]

Alors que la nouvelle mission lunaire indienne devait décoller ce lundi 15 juillet, le lancement a été annulé 56 minutes avant l’heure prévue. En cause ? Des problèmes « techniques ».

L’Inde avait pour ambition de devenir la quatrième nation à poser un appareil sur la lune après l’Union Soviétique, les États-Unis et la Chine. La sonde devait être lancée à 2h51 heure locale (23h21 heure française). Mais la mission Chandrayaan-2 a donc été annulée. 

L’organisation indienne pour la recherche spatiale (ISRO) a annoncé la nouvelle sur Twitter. «Un problème technique a été observé dans le système du lanceur 1 heure avant le lancement. Par mesure de précaution abondante, le lancement de #Chandrayaan2 a été annulé pour aujourd’hui», a indiqué l’agence spatiale indienne.

Néanmoins «La date du prochain lancement sera annoncée ultérieurement» poursuit l’ISRO.

Si l'ISRO ne s'est pas étendue sur la nature du souci technique, l'AFP a indiqué que «l’annonce du report est survenue peu après le remplissage en hydrogène liquide du moteur cryotechnique de la fusée GSLV-MkIII, le plus puissant lanceur indien, équivalent d’une fusée européenne Ariane 4».

Ainsi, la très attendue expédition censée poser un robot mobile et un atterrisseur sur le seul satellite naturel permanent de la Terre est pour le moment retardée.

L’ancien scientifique de l’agence militaire Defence Research and Development Organisation (DRDO), Ravi Gupta, a fait part de son inquiétude par rapport aux délais autorisés. «À mon avis, si le lancement ne se tient pas au cours des 48 prochaines heures, il pourrait être repoussé de plusieurs mois jusqu’à ce que nous ayons une fenêtre de lancement opportune», a-t-il déclaré à l’AFP.  

A l’heure où les projets lunaires connaissent une recrudescence, ce malencontreux évènement tombe mal pour le géant d’Asie du Sud. En effet, l’Inde cherche à s’affirmer dans le domaine aérospatial depuis quelques années maintenant. Le retour de l’Homme sur la Lune était une belle occasion pour le pays émergent de s'imposer à l'échelle internationale.

La sonde lunaire censée partir de Sriharikota (sud-est de l’Inde) était un espoir pour les Indiens d’effectuer un retour sur la Lune, onze ans après la mission Chandrayaan-1.

Rappelons que cette mission avait surpris en raison de son coût relativement faible comparé à d’autres missions lunaires. Si la Nasa a accordé un budget d’environ 21 milliards de dollars à la sienne, New Delhi a consacré quant à elle 140 millions de dollars seulement à la mission Chandrayaan-2. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles