«Réseau de la CIA» démantelé en Iran : 17 arrestations, des peines de mort

17 Iraniens ont été arrêtés entre mars 2018 et mars 2019 dans le cadre du démantèlement d'un «réseau d'espions» de la CIA. 17 Iraniens ont été arrêtés entre mars 2018 et mars 2019 dans le cadre du démantèlement d'un «réseau d'espions» de la CIA. [AFP]

17 Iraniens ont été arrêtés entre mars 2018 et mars 2019 dans le cadre du démantèlement d'un «réseau d'espions» de la CIA, et plusieurs d'entre eux ont été condamnés à mort, ont annoncé lundi les autorités iraniennes.

Le démantèlement d'un «réseau d'espions» agissant pour le compte des Etats-Unis avait été annoncé par Téhéran le 18 juin dernier.

«Ceux qui ont délibérément trahi leur pays ont été remis à la justice. Certains ont été condamnés à mort et d'autres à de longues peines de prison», a déclaré à la presse le chef du contre-espionnage au ministère du Renseignement iranien, dont l'identité n'a pas été révélée.

Les suspects étaient employés «dans des secteurs sensibles» ou dans des activités privées liées à ces secteurs, a-t-il dit sans fournir de précisions. Les suspects agissaient indépendamment les uns des autres, a-t-il ajouté, sans préciser combien avaient été condamnés à mort.

Certains avaient été recrutés en tombant dans un «piège» tendu par la CIA alors qu'ils étaient en quête de visas pour se rendre aux Etats-Unis, selon le responsable iranien.

«Certains ont été approchés alors qu'ils faisaient leur demande de visa, d'autres avaient déjà des visas mais ont été soumis à la pression de la CIA au moment de leur renouvellement», a-t-il dit.

Cette annonce intervient dans un contexte explosif entre l'Iran et les Etats-Unis, un an après le retrait américain de l'accord international sur le nucléaire iranien, et au moment où les tensions s'aggravent chaque jour dans le Golfe.

À suivre aussi

L'étudiant australien Alex Sigley, libéré après avoir été détenu en Corée du Nord, à son arrivée à l'aéroport de Tokyo, le 4 juillet 2019  [Toshifumi KITAMURA / AFP]
interpellation Corée du Nord : l'étudiant australien arrêté puis libéré a reconnu qu'il «espionnait»
High-Tech Chine : des gardes frontières installeraient des logiciels espions dans les mobiles de certains touristes
Le fondateur de Wikileaks Julian Assange le 1er mai 2019 à Londres [Daniel LEAL-OLIVAS / AFP/Archives]
WikiLeaks La justice américaine poursuit Assange en vertu des lois sur l'espionnage

Ailleurs sur le web

Derniers articles