Les habitants de Moscou craignent un «second Tchernobyl»

Des dizaines de milliers de déchets radioactifs enterrés se trouvent dans la zone où la mairie de Moscou veut construire une nouvelle autoroute. Des dizaines de milliers de déchets radioactifs enterrés se trouvent dans la zone où la mairie de Moscou veut construire une nouvelle autoroute. [JOHANNES EISELE / AFP]

Ils craignent un «second Tchernobyl». En Russie, des milliers d'habitants de Moscou protestent depuis quelques jours contre un projet de la mairie consistant à bâtir une autoroute au-dessus d'une décharge de déchets radioactifs.

Selon eux, la construction de cette rocade pourrait libérer de la poussière radioactive dans l'air et dans la rivière Moskova, qui traverse la capitale russe. Sous terre se trouvent en effet des dizaines de milliers de déchets radioactifs enterrés, provenant de l'extraction de thorium et d'uranium pratiquée par une usine située non loin de là jusqu'en 1996.

«Le pire scénario serait qu'ils lancent la construction et qu'ils commencent à déplacer la terre sans tenir compte du fait qu'elle est contaminée», explique à la Deutsche Welle Andrei Ozharovsky, un physicien nucléaire spécialiste de la sécurité des déchets radioactifs.

La poussière radioactive irait alors directement dans les poumons des riverains, créant des «radiations internes», qui sont encore plus nocives pour la santé, commente la spécialiste. Cela pourrait en effet «accroître le risque de cancer» d'après Rashid Alimov, responsable de la branche énergie de Greenpeace Russie, interrogé par The Moscow Times.

«La route de la mort»

Les manifestants se sont notamment réunis lundi 22 juillet dans le sud de Moscou, dans une zone résidentielle surplombant le site nucléaire. Sur leurs pancartes on pouvait lire «Nous voulons vivre !» et «La route de la mort», et sur beaucoup d'entre elles voir le symbole jaune et noir avertissant des risques de radioactivité.

Les protestataires ont par ailleurs lancé des pétitions contre le projet, ainsi que des campagnes sur les réseaux sociaux. Pour faire passer leurs messages, les militants n'hésitent pas à manier l'humour noir. «Pourquoi aller visiter Tchernobyl quand nous avons notre propre Tchernobyl ici à Moscou», se demande Ruslana Lugovaya, qui participe aux campagnes sur les réseaux sociaux, citée par The Moscow Times.

Mais pour l'instant, la mairie de Moscou fait la sourde oreille. Alors que les travaux doivent démarrer en fin d'année, elle explique que la construction de la rocade - qui vise à désengorger l'une des routes les plus fréquentées de la ville - ne touchera pas les zones contaminées, mais qu'elle se fera à côté, à une cinquantaine de mètres. Un responsable moscovite a par ailleurs déclaré la semaine dernière que les radiations dans l'endroit choisi pour édifier la route étaient dans «les limites autorisées» selon les analyses.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles