Un dirigeant de Victoria's Secret se retire après l'arrivée du premier modèle trans

Epinglé pour ses promos transphobes l'année dernière, l'éternel directeur marketing de Victoria's secret a officiellement décidé de prendre sa retraite[Dimitrios Kambouris / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

Le directeur marketing de Victoria's secret, Ed Razek, épinglé l'année dernière pour ses propos transphobes, a décidé de quitter la maison de lingerie quelques jours après qu'un premier modèle ouvertement transgenre a rejoint la prestigieuse écurie.

En 2007, le magazine Forbes le classait parmi les cinq personnalités les plus influentes du mannequinat. Responsable de la sélection des «anges», ces modèles ambassadrices de la marque qui défilent lors de shows grandioses retransmis mondialement, il a aidé à lancer les carrières de mannequins bien connues comme Daniela Pestova, Laetitia Casta, Tyra Banks ou Heidi Klum.

Pourtant, dans une note interne envoyée lundi aux employés par Les Wexner, président-directeur général de L Brands à laquelle appartient la marque de lingerie et révélée par le Wall Street Journal, Edward «Ed» Razek explique vouloir «prendre sa retraite vers la mi-août», un désir exprimé depuis longtemps à ses supérieurs.

Mais cette raison officielle a du mal à convaincre. A l'heure où Victoria's Secret recrute son premier mannequin transgenre, Valentina Sampaio, un modèle brésilien de 22 ans, le départ de l'éternel directeur marketing de la marque semble être plus lié à ses propos polémiques qu'à une volonté de retraite paisible.

Dans une interview pour le Vogue US, paru l'année dernière, le septuagénaire avait refusé toute possibilité d’intégrer au défilé annuel de la marque, réputé pour la maigreur de ses mannequins, des modèles transgenres ou avec des formes.

«Notre défilé est un fantasme»

«On nous dit : "Pourquoi vous ne faites pas de taille 50 (taille américaine de sous-vêtements, ndlr) ? avait-il exprimé. (...) Ne devriez-vous pas montrer des personnes transsexuelles dans votre défilé ?" Non. Non, je ne pense pas que nous devrions faire ça. Pourquoi? Parce que notre défilé est un fantasme. C’est un divertissement exceptionnel de 42 minutes. Voilà ce que c’est.»

Malgré des excuses prononcées quelques jours après, ces propos déplacés avaient fait couler beaucoup d'encre allant jusqu'à faire chuter les audiences du défilé 2018, événement phare de maison. Même les anciens «anges» comme Karlie Kloss ou Kendall Jenner avait tourné le dos à la marque pour soutenir la communauté trans. En février, le géant de la lingerie annonçait la fermeture en 2019 d'une cinquantaine de boutiques à travers le monde, suite à la pire année de l’histoire de la marque.

Reste que la société de lingerie semble vouloir se créer une nouvelle image pour survivre à sa mauvaise passe. Quelques jours plus tôt, le top Shanina Shaik, fidèle de la maison, a annoncé au Daily Telegraph que le célèbre défilé serait annulé cette année pour repenser un nouveau concept pour 2020. 

À suivre aussi

mode Le pull moche de Noël se refait une beauté en 2019
mode Noël : 6 pop-up stores parisiens où trouver l'inspiration et simplifier ses achats
Défilé Off-White à Paris, le 17 septembre 2018 [FRANCOIS GUILLOT / AFP/Archives]
mode La folie de la basket, «pilule de jeunesse» universelle et inclusive

Ailleurs sur le web

Derniers articles