S’il est élu, Bernie Sanders promet de dire toute la vérité sur les extraterrestres

Le candidat démocrate Bernie Sanders lors d'un meeting à Cheyenne, Nevada, le 4 août dernier. Le candidat démocrate Bernie Sanders lors d'un meeting à Cheyenne, Nevada, le 4 août dernier. [© Ethan Miller / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

Véritable engagement ou stratégie électorale ? Si le candidat démocrate à la présidentielle américaine Bernie Sanders est élu président des Etats-Unis en 2020, il révèlera toute la vérité à propos des OVNI et des extraterrestres.

C'est du moins ce que le sénateur du Vermont, déjà candidat malheureux à la primaire démocrate de 2016 au profit de Hillary Clinton, a promis alors qu'il était l'invité du podcast Joe Rogan Experience le mardi 6 août.

«Ma femme exigerait que j'en parle», amorce d'abord Bernie Sanders au micro du journaliste, avant d'assurer qu'il ferait alors ses révélations dans la même émission. «Votre femme est-elle une passionnée d'OVNI [objets volants non identifiés] ?», interroge alors son interlocuteur. «Non, mais elle me demande souvent : 'Bernie, sais-tu ce qui se passe ? As-tu accès aux informations ?'», raconte le prétendant au poste. Preuve que, pour l'heure, Bernie Sanders serait autant dans l'ombre que nous concernant l'éventuelle existence de petits hommes verts.

Le précédent Hillary

Reste une question : quand tout est bon pour convaincre dans une campagne, quelle est la part d'électoralisme dans les déclarations du candidat démocrate ? Selon une étude de 2012, quelque 80 millions d'Américains en âge de voter croient en l'existence des extraterrestres, soit plus d'un sur trois. Une manne d'électeurs potentiels non négligeable, que Bernie Sanders pourrait être tenté de séduire avec une rhétorique à la fibre complotiste.

Hillary Clinton avait elle-même promis, lors de sa campagne de 2016 face à Donald Trump, de «révéler la vérité au sujet des OVNI», des extraterrestres et de la Zone 51 si elle faisait son entrée à la Maison Blanche. «Je pense que nous avons peut-être déjà été visités», avait même déclaré l'ancienne secrétaire d'Etat, soulignant que son directeur de campagne d'alors était un fan inconditionnel de l'ufologie, cette discipline étudiant les phénomènes se rapportant aux «unidentified flying objects» (UFO).

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles