Donald Trump confirme qu'il aimerait que les Etats-Unis acquièrent le Groenland

Donald Trump a toutefois précisé que ce n’était «la priorité numéro un» du gouvernement. [Linda Kastrup / Ritzau Scanpix / AFP]

Ce n’était pas une folle rumeur. Donald Trump a confirmé dimanche 18 août qu’il aimerait que les Etats-Unis acquièrent l’île danoise du Groenland.

«Le concert a surgi et j’ai dit que stratégiquement, c’est certainement intéressant et que nous serions intéressés, mais nous parlerons un peu» avec le Danemark, a déclaré le président américain à la presse.

Jeudi dernier, le Wall Street Journal révélait que Donald Trump souhaitait acquérir le Groenland au nom des Etats-Unis. Le quotidien américain précisait que des conseilleurs du président ont été chargés de se renseigner sur la question.

«Ce serait sympa»

«Essentiellement, c’est une grosse transaction immobilière», a-t-il ajouté dimanche. Et de détailler : le Groenland «fait beaucoup de mal au Danemark parce qu'ils perdent environ 700 millions de dollars chaque année pour l'entretenir... Et stratégiquement, pour les Etats-Unis, ce serait sympa». Et pour cause, les sols de la gigantesque île arctique sont particulièrement riches en ressources naturelles convoitées, principalement du gaz et du pétrole.

Donald Trump a toutefois précisé que ce n’était «la priorité numéro un» du gouvernement.

Pour l’heure, les ambitions présidentielles américaines ont peu de chance d’aboutir. Dès jeudi, l’île a fermé la porte à toute transaction : «Le Groenland est ouvert aux affaires, pas à la vente», avait ainsi souligné le ministère des Affaires étrangères du territoire sur Twitter.

Colonie danoise jusqu’en 1953, le Groenland est ensuite entré dans la «Communauté du royaume danois». En 1979, l’île a obtenu le statut de «territoire autonome » mais son économie - et ses 56.000 habitants – dépendent toujours fortement du Danemark.

À suivre aussi

Photographie d'un essai nucléaire français effectué en 1971 dans l'atoll de Moruroa, en Polynésie française.
Diplomatie Une guerre entre les Etats-Unis et la Russie tuerait 34 millions d'individus en quelques heures, selon une simulation
Jean-Yves Le Drian : «Quand je dis 'il faut que l'Iran revienne dans l'accord de Vienne', c'est une exigence»
Diplomatie Jean-Yves Le Drian : «Quand je dis 'il faut que l'Iran revienne dans l'accord de Vienne', c'est une exigence»
Le discours de Donald Trump sera l'un des plus attendus
Diplomatie Que faut-il attendre de la 74e session de l'Assemblée générale de l'ONU ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles