Le vaisseau Soyouz avec le robot humanoïde Fedor ne parvient pas à s'arrimer à l'ISS

Le robot, qui porte le numéro d'identification Skybot F850, a décollé jeudi à bord d'une fusée Soyouz du cosmodrome russe de Baïkonour au Kazakhstan. Le robot, qui porte le numéro d'identification Skybot F850, a décollé jeudi à bord d'une fusée Soyouz du cosmodrome russe de Baïkonour au Kazakhstan. [Roscosmos space agency / AFP]

Le vaisseau spatial Soyouz avec le premier robot humanoïde russe Fedor à son bord n'est pas parvenu à s'arrimer samedi à la Station spatiale internationale (ISS) à l'heure prévue, ont rapporté les agences de presse russes.

Prévu pour 05H30 GMT en régime automatique, l'arrimage n'a pas eu lieu et le vaisseau a dû recommencer les manoeuvres en vue de s'arrimer à l'ISS, ont précisé les agences.

La retransmission en direct de l'arrimage sur le site internet de l'Agence spatiale russe (Roskosmos) a été interrompue au moment où le Soyouz se trouvait à une distance d'une centaine de mètres de la Station.

Le robot, qui porte le numéro d'identification Skybot F850, a décollé jeudi à bord d'une fusée Soyouz du cosmodrome russe de Baïkonour au Kazakhstan.

Fedor, au corps anthropomorphe argenté, mesure 1,80 m de haut et pèse 160 kg. Son nom correspond à l'acronyme de «Final Experimental Demonstration Object Research» et fait référence au prénom russe Fiodor.

Ce robot dispose de comptes sur les réseaux sociaux Instagram et Twitter, qui détaillent sa vie quotidienne, par exemple lorsqu'il apprend à ouvrir une bouteille d'eau.

A bord de l'ISS, Fedor était censé tester ses capacités en conditions de gravité très basse, sous la supervision du cosmonaute russe Alexandre Skvortsov. Parmi ses principaux savoir-faire figure notamment celui d'imiter les mouvements humains, ce qui veut dire qu'il pourrait aider les spationautes à réaliser leurs tâches.

À suivre aussi

Plusieurs phénomènes étranges ont été observés.
Espace Le trou noir supermassif au centre de notre galaxie est de plus en plus vorace
Une étoile à neutrons (illustration).
Espace Une étoile «trop massive pour exister» intrigue les scientifiques
Cinéma Premier homme sur la Lune : les 10 films à voir sur la conquête spatiale

Ailleurs sur le web

Derniers articles