Un million d'euros pour celui qui prouvera que la ville de Bielefeld n'existe pas

La ville de Bielefeld, si elle existe, est située à la lisière de la forêt de Teutobourg, dans le Nord-Est de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie.[Capture d'écran Youtube]

La plaisanterie a assez duré. Depuis 25 ans, la ville allemande de Bielefeld est au coeur d'une théorie du complot mettant en doute son existence. Pour y mettre un terme, le maire propose d'offrir un million d'euros à celui qui prouvera que sa commune n'est que pure invention.

Cette idée est née d'une simple blague. En 1993, Achim Held, alors étudiant en informatique, s'amuse à raconter que Bielefeld n'existe pas lors d'une soirée. L'année suivante, il rend sa théorie publique en la postant sur internet : la ville de 330 000 habitants ferait partie d'une vaste conspiration.

Le succès est immédiat et, déjà, l'histoire se répand. Comme toute bonne théorie du complot, elle fait naître les hypothèses les plus folles. L'invention de Bielefeld est tantôt attribuée à la CIA ou au Mossad. Sans oublier, bien sûr, les aliens.

«La blague n’aurait pas fonctionné avec n’importe quelle ville, ça n’aurait pas marché avec Hambourg par exemple. Il fallait que ce soit déjà une ville insignifiante, sur laquelle personne ne sait rien», affirmait Achim Held au Spiegel, en 2010.

de la plaisanterie au «complot de Bielefeld»

Plutôt fier de lui, l'ex étudiant en informatique a même créé un site internet consacré à ce que l'on appelle volontiers «le complot de Bielefeld».

Et il ne ménage pas ses efforts pour entretenir le mythe : «Attention ! Cette page contient des informations qu'ILS ne veulent pas voir diffusées, peut-on y lire. Ne sauvegardez donc pas cette page sur votre disque dur, parce que sinon vous êtes cuits, s'ILS sont soudainement devant votre porte; et ça va plus vite qu'on ne le pense.»

Le maire attend une «preuve irréfutable»

La somme promise au vainqueur a été réunie grâce à des entreprises et institutions privées. Sur le site de l'événement, il est précisé que les candidatures sont attendues «sous toutes leurs formes» : textes, photos ou vidéos. Pit Clausen, le maire, insiste sur le fait qu'il attend une «preuve irréfutable» de la non-existence de sa commune.

Les candidats ont jusqu'au 4 septembre pour participer. Passé ce délai, et si aucun gagnant n'est désigné, les autorités locales se feront un plaisir de mettre un terme définitf au «complot de Bielefeld», lors d'une cérémonie officielle.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles