Le terme «vierge» disparaît des certificats de mariage musulmans au Bangladesh

C'est la Cour suprême qui a validé la décision le 26 août C'est la Cour suprême qui a validé la décision le 26 août[AFP]

La fin d'une pratique jugée «humiliante et discriminatoire» par les associations de défense des droits humains. La Cour suprême du Bangladesh a confirmé le 26 août que le terme «vierge» n'apparaîtrait plus sur les certificats de mariage musulmans dans le pays.

En effet, traditionnellement depuis 1961, ces documents indiquaient si l'épouse était veuve, divorcée ou vierge. Désormais, selon les instructions de la Cour suprême, ce terme sera remplacé par «non mariée». Même chose du côté des hommes, qui choisiront entre «non marié, veuf ou divorcé». 

Ce combat est mené depuis 2014 par des organisations représentées par l'avocat Aynun Nahar Siddiqua. Il lui aura fallu cinq ans pour atteindre son objectif dans un pays où la situation des droits des femmes est particulièrement fragile, surtout lorsqu'il s'agit du mariage. L'union forcée de très jeunes filles à des hommes plus âgé reste très largement pratiqué. Selon un rapport de l'Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides datant de 2017, 29% des filles de moins de 15 ans sont mariées.

Depuis plusieurs années d'ailleurs, la jeune Radha Rani Sarker s'engage au niveau international pour alerter sur ce problème, après y avoir été elle-même confronté. Elle a notamment fait un discours en 2016 devant la Commission européenne à Bruxelles pour tenter de mettre le projecteur sur la situation. 

À suivre aussi

Patrick Balkany : quelles sont ses conditions de détention ?
Justice Ce que l'on sait des conditions d'incarcération de Patrick Balkany
Justice Procès Balkany, acte II : après la fraude, la corruption
Maltraitance Yvelines : elle obligeait sa fille à manger des cafards et des araignées

Ailleurs sur le web

Derniers articles