Les retraites, c'est comment ailleurs ?

Une femme du troisième âge dans les rues de Nagano, au nord-est de Tokyo (Japon), le 7 novembre 2016. [© BEHROUZ MEHRI / AFP]

La très controversée réforme des retraites voulue par Emmanuel Macron entend faire passer l'âge de la retraite «à taux plein» de 62 à 64 ans pour compenser les effets démographiques. Si la mesure fait grincer des dents les syndicats, la formule française resterait plus avantageuse que dans de nombreux pays développés dotés d'une espérance de vie comparable. A quoi ressemblent les systèmes de retraite à l'étranger ?

les pays qui partent plus tard

La plupart des Etats développés, confrontés à un vieillissement de la population qui pèse de plus en plus lourd sur les deniers publics, tendent à allonger la durée d'activité, retardant le moment du départ à la retraite, souvent déjà supérieur à celui en France actuellement (62 ans).

Aux Etats-Unis, un travailleur peut prendre sa retraite à partir de 62 ans, mais l'âge pour obtenir sa pension à taux plein est plus élevé, car dépendant de son année de naissance. Concrètement, une personne née en 1955 ne percevra ainsi sa pleine retraite qu'à 66 ans et 2 mois.

Au Royaume-Uni, l'âge de départ à la retraite est aujourd'hui fixé à 65 ans (30 ans de cotisations). Selon le plan de réforme actuel, il doit toutefois être relevé à 67 ans d'ici à 2028, et à 68 ans en 2037, a récemment fait savoir le gouvernement. Mais, d'après un rapport du think tank CSJ, proche de Boris Johnson, il serait même préférable de passer à 70 ans en 2028 et à 75 ans en 2035... Une proposition qui, sans surprise, fait scandale.

Au Japon, pays dont la population est la plus vieille du monde, les actifs peuvent sortir de l'emploi entre 60 et 70 ans, mais dans les faits, la plupart partent après 65 ans pour toucher davantage. Le gouvernement envisage de porter l'âge de la retraite à 70 ans afin de stimuler la croissance et générer davantage de recettes pour la sécurité sociale.

En Australie, la retraite est légalement envisageable à partir de 65 ans, mais l'Etat se pose la question de relever à 70 ans. Même évolution aux Pays-Bas, où l'âge est fixé à 66 ans actuellement mais sera repoussé à 67 ans en 2022, ou encore au Danemark, actuellement à 65 ans mais bientôt élevé à 67.

les pays qui partent plus tôt

D'autres pays développés ont suivi le mouvement inverse et décidé, ces dernières années, d'abaisser l'âge de départ à la retraite. C'est le cas de l'Italie : le nouveau gouvernement de coalition populiste, au pouvoir depuis juin 2018, a décidé de fixer la retraite à partir de 62 ans et 38 années de cotisations, alors que le seuil était jusqu'ici de 66 ans et 7 mois (et devait même passer à 67 ans en 2019). Un changement qui va «créer» un million de retraités supplémentaires, pour un coût de 4 milliards d'euros cette année.

En Suède, un travailleur peut aujourd'hui partir à la retraite dès 61 ans. Pour s'adapter au vieillissement de la population, le gouvernement a toutefois prévu de faire passer l'âge légal à 64 ans d'ici à 2026. En Russie également, la retraite arrive plus vite que chez nous, à 60 ans pour les hommes et 55 pour les femmes – des seuils que les autorités allongent progressivement, pour arriver à 65 ans pour les hommes d'ici à 2028, et à 60 ans pour les femmes d'ici à 2034.

En guise de macro-comparaison, un palmarès mondial des meilleurs systèmes de retraite a été réalisé en 2017 par le cabinet Mercer. Prenant en compte l'épargne-retraite, la couverture, l'âge de départ, la fiscalité ou encore la pension minimum, l'étude attribue une note globale sur 100 pour chaque pays. Sur le podium : le Danemark (78,9), les Pays-Bas (78,8) et l'Australie (77,1). Tout juste au-dessus de la moyenne à 59,1, la France (59,6) arrive elle en 16e position, devant les Etats-Unis (57,8). La question est de savoir à quelle place nous serons après la mise en œuvre de la réforme signée Macron.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles