L'Autriche instaure un congé paternité d'un mois

Le congé paternité d'un mois ne bénéficiait jusqu'ici qu'aux seuls pères fonctionnaires. [© Orlando ESTRADA / AFP]

L'Autriche se met à la page. Depuis ce dimanche, le pays permet aux hommes de partir en congé paternité pour une durée d'un mois, suivant ainsi les évolutions d'autres pays occidentaux.

Tout employé en faisant la demande sera indemnisé à hauteur de 700 euros par la sécurité sociale. La mesure instaurée en 2017 bénéficiait jusqu'ici aux seuls fonctionnaires, les employeurs du privé pouvant refuser cette mise en disponibilité.

Pour inciter ses citoyens de sexe masculin à partir, ce pays de 8,8 millions d'habitants a conditionné l'aide à une prise immédiate du congé, consécutif à la naissance. Proposé par les sociaux-démocrates et voté aussi par l'extrême droite, malgré la résistance des milieux économiques, l'amendement était porté par les représentantes des femmes au sein des organisations syndicales.

Les lesbiennes dont les partenaires ont conçu un enfant par procréation médicale assistée, les couples homosexuels adoptants et les familles d'accueil sont aussi en mesure de réclamer ce nouveau droit.

Onze jours pour les Français

La législation sur le sujet évolue rapidement au niveau international, l'Union européenne ayant instauré en avril une norme minimale de 10 jours de congé de paternité, rémunéré à hauteur de la prestation maladie dans chaque État membre.

En France, une pétition signée par 160 personnalités réclamait en septembre 2018 l'instauration d'un congé paternité obligatoire aligné sur le congé maternité. Une salariée française a droit à un congé maternité de seize semaines, dont huit obligatoires, alors qu'un salarié ne dispose que d'un congé paternité facultatif de onze jours – ou un mois en cas d'hospitalisation de l'enfant.

Les Espagnols ont de leur côté allongé au printemps la durée du congé paternité à deux mois, s'alignant sur les pays nordiques, qui offrent les systèmes les plus généreux. En Suisse, le congé paternité n'existe pas.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles