Une victime d'inceste se crée 2.500 autres personnalités pour survivre aux sévices infligés par son père

Le père de Jeni lui a fait subir viols, violences, tortures physiques et psychologiques.[Capture d'écran 7NEWS Sydney]

Jeni Haynes, aujourd'hui âgée de 49 ans, a vécu l’enfer. Tout comme Symphony, Muscles, Volcano, Judas, Ricky ou encore Linda, les innombrables personnalités qu'elle a créées pour faire face. La femme qui a accordé un entretien à la BBC est revenue sur les sévices extrêmes que son père lui a fait subir, enfant, et sur la stratégie dissociative que son esprit a mis en place pour y survivre.

Au total, ce sont près de 2.500 personnalités que la victime s'est créée pour supporter l’insupportable. Et lors du procès organisé en mai dernier, une trentaine d’entre elles ont été autorisées à témoigner à la barre. Pour la première fois en Australie et peut-être dans le monde, une victime a pu laisser s’exprimer ses doubles dont les témoignages ont été très sérieusement pris en compte.

«Il voyait la douleur et la terreur qu’il m’infligeait, le sang et les blessures»

Pour Jeni, le calvaire commence en 1974, quand sa famille a quitté Londres pour s’installer à Sydney. La petite fille n’a alors que 4 ans. Pendant les sept années qui suivent, son père lui fait subir des viols à répétition, des violences ainsi que des actes de tortures physique et psychologique. Les maltraitances que lui inflige son père étaient « calculées et planifiées», a-t-elle raconté lors du procès ajoutant que son bourreau «en appréciait chaque minute». «Il m’entendait le supplier d’arrêter, il m’entendait pleurer, il voyait la douleur et la terreur qu’il m’infligeait, le sang et les blessures qui en découlaient. Et le jour suivant, il choisissait de recommencer», a-t-elle poursuivi devant l’auditoire.

Un trouble dissociatif de l'identifié pour survivre

Face à l’enfer et aux innombrables traumatismes, Jeni développe ce qu’on appelle un trouble dissociatif de l’identité. Une sorte d'issue trouvée par l’esprit pour survivre. C’est ainsi que naît Symphony, le premier alter ego de Jeni. «Elle a enduré chaque minute des mauvais traitements de papa et quand il a abusé de moi, sa fille Jeni, il abusait en réalité de Symphony», a-t-elle confié à la BBC.

«Les mauvais traitements infligés par papa étaient extrêmes, violents, sadiques, inévitables, constants et potentiellement fatals», a de son côté indiqué Symphony qui s’est soudainement manifestée pendant l’interview de la BBC.

Volcano, Richy, Judas, Linda, etc...

Cette dernière créera alors à son tour d’autres personnalités avec chacune leurs propres caractéristiques : Volcano le rockeur, Ricky un garçonnet de 8 ans, Judas, un petit garçon roux, ou encore Linda une femme élégante. Si bien qu’aujourd’hui près de 2.500 personnalités distinctes seraient en sommeil dans l’esprit de Jeni.

Le père de Jeni, Richard Haynes, sur lequel pesait une douzaine de charges d’attouchements, de viols et de sodomie notamment, a plaidé coupable. Le 6 septembre, la cour de Sydney a condamné l’homme de 74 ans à quarante-cinq ans de prison.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles