En Afrique du Sud, colère après l'augmentation des viols et des féminicides

La violence en Afrique du Sud n'en finit plus de faire parler. Après les attaques de magasins tenus par des «étrangers», ce sont les viols et les meurtres de femmes qui révoltent le pays. Ce vendredi 13 septembre, une grande manifestation est d'ailleurs prévue à Johannesburg.

Et pour cause, dans la plus grande puissance industrielle du continent, plus de 3 000 femmes sont assassinées chaque année. Ces meurtres sont rarement résolus, et tombent rapidement dans une certaine indifférence. Ou plutôt tombaient. Car depuis fin août, un mouvement s'est mis en place pour alerter les pouvoirs publics sur la situation. 

«Suis-je la prochaine ?» (ou #AmINext dans le texte) est le mot d'ordre de ces femmes qui se rassemblent de plus en plus régulièrement pour tenter de faire avancer les choses. C'est la mort d'une jeune femme, le 24 août dernier, qui a créé l'étincelle nécessaire à cette prise de conscience collective. Uyinene Mrwetyana, 19 ans, est morte après avoir été violée en pleine journée dans un bureau de poste par un des employés, alors qu'elle venait retirer un colis. 

Face à la montée des tensions sur ce dossier, le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, a promis des mesures dans un futur proche. Un registre de noms d'hommes ayant été condamnés pour des agressions sexuelles ou des violences contre les femmes et les enfants pourrait ainsi être rendu public.

Cependant, cela ne suffit pas encore à résorber la colère du mouvement. Depuis le 24 août, une pétition pour le retour de la peine de mort a même connu une forte popularité récoltant, au 12 septembre, plus de 585 000 signatures. De son côté, l'actrice sud-africaine Charlize Theron, engagée depuis des années dans ce combat, assure que «le système a abandonné les femmes. Nos leaders ne peuvent plus détourner les yeux». Il est clair que le gouvernement devra prendre des mesures importantes, car entre les violences xénophobes et les féminicides dans le pays, il en va de la crédibilité de l'Afrique du Sud au niveau international.

À suivre aussi

mesures Violences contre les enfants, pédopornographie... Emmanuel Macron s'engage pour protéger les plus jeunes
Justice Policiers retranchés dans une laverie : un an de prison ferme pour un casseur
Emmanuel Macron a condamné lundi soir «le nihilisme de la violence» de ceux qui selon lui «ont perverti» le mouvement des «gilets jaunes».
Politique Gilets jaunes : Emmanuel Macron condamne les violences et les silences «complices»

Ailleurs sur le web

Derniers articles