Essonne : une femme se retrouve paralysée après avoir mangé une soupe périmée

Le potage périmé contenait une bactérie qui produit une puissante et dangereuse toxine (photo d'illustration). [© SEBASTIEN BOZON / AFP]

Intoxiquée après avoir avalé une soupe de légumes ayant dépassé sa date limite de consommation, une habitante de l'Essonne est hospitalisée depuis une dizaine de jours à Paris.

«Elle est quasi totalement paralysée. Et avec très peu d'espoir de récupération», selon une amie de la famille. La femme a en effet contracté une maladie rare appelée le botulisme. Cette affection neurologique grave est provoquée par une puissante toxine, elle-même produite par une bactérie qui se développe notamment dans les aliments mal conservés et n'ayant pas bien été stérilisés, comme les charcuteries ou les conserves artisanales. C'est ce qu'explique l'Institut Pasteur, précisant que le taux de mortalité du botulisme reste élevé en cas de non-traitement. En Ile-de-France, seuls deux cas ont été recensés en 2018, selon l'Agence régionale de santé (ARS).

Comme le raconte Le Parisien, citant les enquêteurs de la répression des fraudes, ce serait après avoir ingurgité une soupe de légumes périmée d'au moins trois semaines (retrouvée dans son réfrigérateur) que la malchanceuse a fait un malaise, fin août.

Croyant d'abord à un accident vasculaire cérébral, les médecins ont finalement repéré, après une batterie d'examens, la toxine botulique, «plus puissante que le cyanure», d'après une experte interrogée par le quotidien. Une toxine d'autant plus dangereuse qu'elle ne modifie ni le goût ni l'odeur de l'aliment, rendant sa contamination difficile à repérer. 

La marque a priori hors de cause

La marque du potage incriminé, de son côté, nie toute responsabilité. «Aucun problème n'a été signalé sur les 630 bouteilles du lot qui ont été vendues et consommées depuis», explique celle-ci au Parisien, suggérant que la négligence aurait été commise par la consommatrice. «Compte tenu de la durée d'incubation, trois jours selon l'agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), de la date d'hospitalisation de la patiente, fin août, et de la date limite de consommation du produit, le 4 août, il est avéré que la personne malade a consommé un produit périmé», poursuit l'entreprise. Certes, mais savoir qu'un potage expiré est susceptible de paralyser le corps tout entier reste une information difficile à digérer.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles