Moqué pour son t-shirt, un petit garçon va réaliser son rêve d’intégrer l’université du Tennessee

Dans un communiqué, l'université explique avoir décidé de commercialiser des t-shirts en reprenant le logo dessiné par l'enfant. [Capture d'écran Facebook]

En Floride, un petit garçon de 9 ans a subi les moqueries de ses camarades d'école, après avoir reproduit sur un t-shirt le logo de l'université du Tennessee qu'il rêve d'intégrer.

Fan des Volunteers, l'équipe de football de l'université en question, l'enfant s'était fabriqué un t-shirt aux couleurs de la faculté, à l'aide d'une feuille de papier, d'un crayon et d'une épingle à nourrice. 

Mais les autres élèves de cette école élémentaire d'Altamonte se sont moqués de sa tenue à la cantine. De retour en classe, le petit garçon était en larmes.

Touchée par l'histoire, son enseignante a décidé de la partager sur Facebook afin de dire toute son admiration pour cet élève, rapporte Slate.

Et la magie des réseaux sociaux a opéré... Après avoir pris à son tour connaissance des faits, le président de l'université du Tennessee a décidé de prendre contact avec le petit garçon et de lui envoyer  un lot complet de vêtements et d'accessoires à l'effigie de l'établissement. 

des t-shirts avec le logo dessiné par l'enfant

Mais l'histoire ne s'arrête pas là. Dans un communiqué, l'université explique avoir décidé de commercialiser des t-shirts en reprenant le logo dessiné par l'enfant. 50.000 exemplaires ont d'ores et déjà été prévendus. Le bénéfice des ventes sera reversé à une association de lutte contre le harcèlement. 

«Quand je lui ai dit que son logo allait être repris et mis sur des vrais t-shirts et que des gens voulaient l'acheter, sa mâchoire s'est décrochée, raconte Laura Snyder, l'institutrice. Il a eu un immense sourire sur son visage, s'est mis à marcher fièrement. Je peux dire que sa confiance en lui a grandi aujourd'hui !»

S'il le souhaite, l'enfant pourra intégrer l'universté en 2028. Il disposera d'une bourse d'études qui couvrira ses frais de scolarité pendant quatre ans. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles