Que faut-il attendre du discours d'Emmanuel Macron à l'ONU ?

Emmanuel Macron lors de son discours en septembre 2018 Emmanuel Macron lors de son discours en septembre 2018[LUDOVIC MARIN / AFP]

Quelques semaines seulement après le G7 en France, Emmanuel Macron va se retrouver sur l'estrade de l'Assemblée générale de l'ONU pour y délivrer son discours. Le débat général, qui a lieu du 24 au 30 septembre, est l'occasion annuelle pour tous les chefs d'Etat de s'exprimer sur plusieurs dossiers de l'actualité géopolitique, et donner leur avis sur le chemin à suivre pour l'année à venir.

Le président français devrait en profiter pour souligner plusieurs thèmes importants qu'il souhaite incarner depuis sa prise de fonction. 

le Climat comme axe majeur

Très critiqué en France pour son manque d'action dans les dossiers de l'environnement et du climat, Emmanuel Macron tente pourtant de se placer comme leader sur cette thématique au niveau mondial. Une volonté affichée dès le début de son mandat avec l'image «Make Our Planet Great Again», qui avait rencontré un franc succès sur les réseaux sociaux. 

Il apparaît donc comme clair que le président français devrait faire de ce thème l'un des axes de son discours, si ce n'est le principal. Le sujet est en effet brûlant avec les marches pour le climat dans le monde entier, les deux sommets organisés par l'ONU les 21 et 23 septembre, et les différentes initiatives qui naissent chaque jour, notamment de la jeunesse. En 2018, dans son discours, la thématique du climat était intervenue après le conflit israélo-palestinien, la situation en Syrie et la crise migratoire qui en a découlé.

la défense du Multilatéralisme

Que ce soit en politique intérieure ou extérieure, Emmanuel Macron a opposé sa politique à celle des «populismes» et des nationalismes. Dans son discours de 2018 déjà, il déclarait «je ne laisserai en rien le principe de souveraineté des peuples dans la main des nationalistes ou de toutes celles et ceux qui prônent aujourd’hui dans la communauté internationale le repli». Une phrase en direction de dirigeants comme Donald Trump ou Recep Tayyip Erdogan. 

Si le sujet est moins porteur que l'an passé, Emmanuel Macron devrait malgré tout y faire allusion de nouveau. D'autant qu'après l'organisation du G7 en France, le chef d'Etat veut montrer que ces discussions interétatiques ont un véritable intérêt dans les différents dossiers importants au niveau mondial. 

Son rôle d'intermédiaire 

Que ce soit dans le dossier du nucléaire iranien ou de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis, Emmanuel Macron tente de se placer en intermédiaire pour résoudre certaines crises. S'il n'y arrive pas nécessairement, surtout face à un Donald Trump très impulsif sur ces dossiers, il devrait profiter de son temps de parole pour appuyer sur ce côté négociateur français. 

Quels dossiers en particulier ? 

En 2018, pendant ses quasi 45 minutes de discours, Emmanuel Macron a précisément cité certains dossiers, et est resté plus évasifs sur d'autres. Israël, la Syrie, l'Aquarius ou encore le Sahel ont été évoqués. Des thèmes qui étaient quasiment tous dans l'actualité et qui touchaient de près ou de loin la politique française. 

S'il est impossible de prédire avec certitude quels seront les dossiers explicitement nommés en 2019, il est probable que le dossier iranien soit mentionné, étant donné que la France souhaite jouer un rôle dans la résolution de la crise. En revanche, il est possible que la situation à Hong Kong ne soit pas amenée sur le devant de la scène en raison de la susceptibilité des Chinois sur le sujet. Réponse à partir du 24 septembre à New York. 

À suivre aussi

Télévision Le président ukrainien se moque de la Russie après l'annulation soudaine de sa série télévisée
Asie La Corée du Nord réalise un nouveau «test crucial»
Etats-Unis «Saturday Night Live» : Paul Rudd en Emmanuel Macron règne sur la cafèt de l’OTAN

Ailleurs sur le web

Derniers articles