Quelle est cette arme acoustique attaquant «les tympans, les yeux et l'estomac» qui inquiète les manifestants hongkongais ?

Le gouvernement chinois a donné son feu vert pour la production à grande échelle de cette arme sonique destinée aux autorités[ISAAC LAWRENCE / AFP]

Il s'agit d'une invention inquiétante, en particulier pour les manifestants hongkongais mobilisés depuis plusieurs mois pour protester notamment contre une ingérence du pouvoir Chinois dans les affaires du territoire. L'académie chinoise des sciences a annoncé avoir créé la première arme sonique portative jamais inventée.

Mais ce qui inquiète dans cette prouesse scientifique, c'est l'usage qui devrait en être fait. L'équipement appelé «appareil acoustique portable à basse fréquence et à haute concentration de décibels» par ses créateurs, permettra de disperser les foules indésirables. Or qui dit foule indésirable dit manifestation, notamment pour l'empire du milieu dont le pouvoir est peu enclin à laisser ses citoyens battre le pavé. 

Et, selon Capital qui a relayé l'information, le gouvernement chinois aurait d'ores et déjà donné son feu vert pour la production à grande échelle de cette arme sonique destinée aux autorités. Mais comment fonctionne cet appareil ? Et est-il vraiment si nocif pour les individus contre lesquels il est utilisé ? 

Il semblerait qu'il soit redoutable et qu'il oblige les individus touchés à quitter les lieux au plus vite. «L’arme contient un gaz spécial. Une fois chauffé ce dernier produit un son très particulier dans une fréquence très basse. Même si cet infrason est inaudible pour les humains, il crée des vibrations qui attaquent les tympans, les yeux, l’estomac et même le cerveau. Les personnes touchées auront notamment des vertiges, des troubles intestinaux, des vomissements ou des douleurs intolérables», a ainsi expliqué la directrice du projet, Xie Xiujuan, au quotidien hongkongais South China Morning Post.

Des effets qui rappellent étrangement les symptômes dont avaient souffert une vingtaine de diplomates américains qui se trouvaient à Cuba, entre fin 2016 et août 2017. Si aucune conclusion claire n'avait permis d'expliquer avec certitude les mystérieux maux, l'hypothèse d'une attaque sonique avait été avancée à plusieurs reprises par les experts. 

 

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles