Angleterre : pour célébrer son prénom, il organise une «Nigel night» et en accueille 432 dans son bar

Nigel Smith a eu l'idée de cette fête il y a quelques années, en découvrant qu'aucun bébé appelé Nigel n'était né au Royaume-Uni en 2016. Nigel Smith a eu l'idée de cette fête il y a quelques années, en découvrant qu'aucun bébé appelé Nigel n'était né au Royaume-Uni en 2016. [Capture d'écran Twitter / BHF]

Une histoire «so British». Pour célébrer son prénom, très peu donné aujourd'hui, Nigel Smith, un patron de pub britannique, a eu l'idée d'organiser une «Nigel night» dans son établissement.

Nigel, 56 ans et pas très fan de son prénom, a eu l'idée de cette fête décalée il y a quelques années, en étant «un peu choqué» de découvrir qu'aucun bébé né au Royaume-Uni en 2016n n'a été appelé ainsi. «Nous sommes une espèce en voie de disparition», avait-il alors regretté.

Il a finalement pu organiser cette soirée le 28 septembre dernier dans son pub situé à Bretforton, dans l'ouest de l'Angleterre, après qu'un message partagé sur Facebook est devenu viral. Et le succès de ce qui n'était au départ qu'une simple blague a été au-delà de ses espérances, 432 Nigel ayant répondu à l'invitation.

capture_du2019ecran_2019-10-01_a_12.02.07_5d9326cb6e0e4_0.jpg
Nigel Smith avait invité tous les Nigels (mais aussi les «non-Nigels) à sa «Nigel night». (©The Fleece Inn)

Tout le monde était convié mais les Nigel avaient droit à une pinte de bière gratuite et un badge à leur nom, une fois qu'ils avaient prouvé leur identité en montrant leur passeport ou leur permis de conduire.

«Nous avons eu un chanteur, un musicien de rue et un comédien, tous appelés Nigel», qui ont fait un petit spectacle pendant la fête, a raconté Nigel Smith au Guardian. Le député local, Nigel Huddleston, était lui aussi présent.

Des concours ont même été organisés : le Nigel le plus vieux (80 ans), le plus jeune (sept mois, le futur du prénom est donc assuré), ou encore celui qui a fait le plus long voyage pour assister à la soirée.

Cette dernière palme est revenu à un Américain, un Texan vivant dans le Colorado, qui a vu passer la publication sur les réseaux sociaux et dont la petite-amie a fait appel à ses amis pour lui financer le trajet en avion. Il avait de la concurrence, puisqu'un autre Nigel avait fait le déplacement depuis Chypre.

Avec sa «Nigel night», dont les bénéfices ont été versés à la British Heart Foundation (une organisation caritative qui finance des recherches sur les maladies cardiaques), Nigel Smith espère participer au come-back du prénom Nigel dans la population britannique.

Et il est plutôt optimiste. «Je pense que nous l'avons remis au goût du jour», déclare-t-il au Guardian. «Il y aura beaucoup plus de Nigel l'an prochain que cette année, je mets de l'argent là-dessus».

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles