Une influenceuse fitness arrêtée après avoir créé 369 comptes pour harceler ses rivaux

Les autorités ont découvert les 369 faux comptes de réseaux sociaux utilisés par Tammy Steffen, 37 ans, pour harceler son ancien partenaire commercial et d'autres rivaux. Tammy Steffen, 37 ans, était prête à tout pour remporter ses concours de fitness. [Pasco County Sheriff’s Office]

Une influenceuse et compétitrice de fitness, qui a créé plus de 300 faux profils Instagram pour harceler ses rivaux, a été condamnée à cinq ans de prison après avoir plaidé coupable, selon le ministère de la Justice américain.

Dans un message envoyé depuis le compte «catloverexpress», Tammy Steffen avait notamment écrit : «Je prévois de te couper en petits morceaux. Je goûterai ton sang».

Un autre message datant de janvier 2017 disait : «Tout l'enfer va pleuvoir sur votre monde comme jamais auparavant. Vous avez choisi la mauvaise personne. Vous n'avez aucune idée de ce que vous avez fait. Je vais prendre le prochain vol pour le Michigan».

Ces messages visaient notamment l'ancien partenaire commercial et d'autres rivaux de Tammy Sreffen, 37 ans.

Les autorités ont découvert les 369 faux comptes de réseaux sociaux utilisés par l'influenceuse originaire de Floride après que celle-ci a simulé un enlèvement impliquant sa fille.

Un faux enlèvement d'enfant

En juillet 2018, Tammy Steffen avait appelé le 911 pour signaler qu'une personne avait tenté d'enlever sa fille, rapporte le Washington Post. Ce, plusieurs jours après avoir, selon ses déclarations, trouvé une poupée sans tête avec un message de menace sous son porche.

Lorsque les enquêteurs étaient arrivés, Steffen les avait conduits dans une zone boisée proche de chez elle, où elle aurait affirmé que quelqu'un, en l'occurence son ancien collègue de travail, avait tenté d'enlever sa fille. 

Quand la fille de Steffen avait demandé à la police «ce qui arriverait à sa mère si elle disait la vérité», les responsables ont commencé à se poser des questions sur le rapport d'enlèvement, selon The Post.

Steffen avait alors été arrêtée et accusée d'avoir déposé une fausse plainte à la police, de falsification de preuves et négligeance envers un enfant.

Son acte aurait en fait été une tentative d'empêcher son ex-partenaire commercial de remporter un concours de fitness en ligne. Des vidéos de surveillance de Walmart ont également montré qu'elle avait elle-même installé la poupée sans tête sur devant chez elle.

Le FBI s'est davantage penché sur son cas après avoir appris qu'elle avait également envoyé des menaces en ligne issues de ses nombreux faux profils, qui comprenaient 18 adresses électroniques.

«L'étendue de son crime est stupéfiante», a déclaré à WFLA, Kristin Rehler, agent spécial du FBI. «En plus d'envoyer des messages menaçants en ligne, elle a usurpé des appels, elle a également utilisé un logiciel de camouflage vocal.»

À suivre aussi

Gordon Sondland était un proche de Donald Trump lors de la campagne 2016
Etats-Unis Destitution : Donald Trump de nouveau enfoncé par un proche au Congrès
La sous-secrétaire adjointe au Département d'État aurait prétendu être diplômée d'Harvard.
Etats-Unis Une membre de l'administration Trump démissionne après la découverte de son CV mensonger
Faits divers États-Unis : il tue le compagnon de sa fille puis l'épouse

Ailleurs sur le web

Derniers articles