Climat : des actions de désobéissance civile prévues dans le monde entier à l'initiative d'Extinction Rebellion

En avril dernier, Extinction Rebellion avait paralysé Londres pendant plusieurs jours consécutifs. En avril dernier, Extinction Rebellion avait paralysé Londres pendant plusieurs jours consécutifs. [Tolga AKMEN / AFP]

Ce lundi 7 octobre, le mouvement écologiste Extinction Rebellion lance sa «rébellion internationale». Des actions de désobéissance civile en faveur du climat sont prévues aux quatre coins du monde pendant deux semaines, de Londres à Paris en passant par New York et Sydney.

Selon les organisateurs, des événements seront organisés dans plus de 50 villes à travers le monde, qui devraient rassembler des milliers de personnes. Une mobilisation internationale dont le coup d'envoi a été donné à Paris, samedi 5 octobre, avec l'occupation par des centaines de militants, pendant 17 heures, du centre commercial Italie 2, dans le sud-est de la capitale, considéré comme un «symbole du capitalisme».

A l'image du mouvement de grève scolaire pour le climat initié par la jeune Greta Thunberg, cette «rébellion internationale» a pour objectif de dénoncer l'inaction climatique des Etats et les pousser à agir, alors que les rapports alarmants sur le réchauffement se multiplient. «Aux gouvernements dans le monde, nous avons déclaré l'urgence climatique et écologique. Vous n'avez pas fait assez. A tous les autres, rebellez-vous», exhorte Extinction Rebellion sur son site internet, insistant sur l'urgence de la situation : «Le temps est compté. Nous sommes presque à un point de non-retour.»

Ce devrait être au Royaume-Uni, pays de naissance d'Extinction Rebellion, et plus particulièrement à Londres, que la mobilisation devrait être la plus importante. Le mouvement écolo de désobéissance civile, fondé en octobre 2018, espère en effet y rassembler 20.000 à 30.000 personnes sur deux semaines lors de ses différentes actions de blocage, qui vont viser une douzaine de sites, la plupart situés autour de Westminster, où sont concentrés les lieux de pouvoir. Un sit-in est par ailleurs prévu à l'aéroport Londres-City, ainsi que des grèves de la faim.

Vélos, potence et «die-in»

A Paris, des opérations sont prévues presque tous les jours jusqu'au 12 octobre. Associées aux quatre éléments (terre, air, eau et feu), elles auront notamment pour thème les océans, les déchets plastiques, ou encore les migrations forcées liées au changement climatique. Si les détails des opérations sont tenus secrets, les militants prévoient occupations et blocages de la circulation. Selon les informations du Figaro, ils compteraient paralyser la Seine le jeudi 10 octobre. Le lendemain, les activistes veulent remplacer «le trafic motorisé par une vague immense et joyeuse de vélos», une façon de «freiner symboliquement la course à la croissance».

A New York, Extinction Rebellion - qui revendique aujourd'hui 500 groupes dans 72 pays - prévoit d'occuper le parc Washington Square Park, pour y organiser la «Rebel Fest». «Extinction Rebellion et ses militants y créeront la communauté que nous voulons avoir et le monde que nous voulons voir», écrit l'organisation sur son site. A Prague, une fausse potence sera installée, et les activistes se mettront en scène la corde au cou, debout sur un bloc de glace en train de fondre.

Des «die-in» (manifestations pendant lesquelles les participants font semblant d'être morts) devraient par ailleurs être organisés en Inde (New Delhi, Mumbai...), à Tokyo, à Islamabad (la capitale du Pakistan), ou encore à Rio, sur la célèbre plage de Copacabana. A Mexico et Buenos Aires, Extinction Rebellion rendra hommage aux défenseurs de l'environnement assassinés - ils étaient plus de 160 dans le monde en 2018 -, avec une plaque commémorative et une marche funéraire. Les militants comptent également bloquer les locaux de Bayer (propriétaire de Monsanto) dans la capitale argentine.

A Hong Kong, un «Watt-A-Thon» sera organisé, une opération visant à générer le plus d'énergie électrique possible en pédalant sur des vélos pendant huit heures d'affilée. La mobilisation prendra place sur tous les continents, puisque de nombreuses actions de blocage seront organisées en Australie, et des événements sont aussi prévus en Afrique du Sud et en Gambie.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles