Le FBI lance un appel pour identifier les victimes du pire serial killer de l'histoire des Etats-Unis

Les forces de l’ordre sont parvenues à vérifier 50 meurtres tandis que les autres restent encore non-élucidés. [HO / ECTOR COUNTY SHERIFF'S OFFICE / AFP]

Le FBI a lancé un appel pour l’aider à identifier les victimes de Samuel Little, pire tueur en série de l’histoire des Etats-Unis.

Emprisonné à Lancaster, où il purge une peine de prison à vie pour trois homicides, l’homme âgé de 79 ans a avoué 93 meurtres par strangulation commis entre 1970 et 2005, principalement dans le sud des Etats-Unis. Des aveux jugés crédibles par les analystes criminels du FBI.

Une quarantaine de victimes non identifiées

Les forces de l’ordre sont parvenues à vérifier 50 meurtres tandis que les 43 autres restent encore non-élucidés.

Et pour cause : Samuel Little semble avoir ciblé principalement des jeunes femmes noires vulnérables, parmi lesquelles bon nombre de prostituées ou de toxicomanes. Les décès de ces victimes pourraient avoir été considérés comme des overdoses ou attribués à une cause accidentelle indéterminée. En outre, certains corps pourraient ne jamais avoir été retrouvés.

«Même s’il est déjà en prison, le FBI estime qu’il est important de faire justice pour chacune des victimes, de clore tous les cas possibles», souligne l’instance sur son site.

C’est dans ce cadre que le FBI demande à toute personne susceptible d’aider à l’identification des victimes est invitée à prendre contact avec les autorités.

Le FBI publie sur son site une carte des lieux où les crimes non corroborés auraient été perpétrés ainsi que des vidéos des aveux de Samuel Little et des dessins représentant les victimes, réalisés par le tueur en série. On peut également visionner une frise montrant le visage du meurtrier au fil des décennies.

000_1de67m_5d9dd2c7da335.jpg

© HO / FBI / AFP

Les forces de l’ordre dévoilent notamment les cas d’une femme noire d’une quarantaine d’années, que Samuel Little a tué en 1978 dans un motel de Las Vegas avant de jeter son corps dans la nature, ou encore celui d’un homme de 18 ou 19 ans se présentant comme une femme prénommée Marianne ou Mary Ann et rencontrée dans un bar de Miami.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles