La vie extraterrestre détectée d'ici à 30 ans, selon le Nobel de physique

Didier Queloz (ci-dessus) et Michel Mayor sont deux des lauréats du prix Nobel de physique 2019. Ils ont été récompensés pour la découverte, en 1995, de 51 Pegasi b, la première exoplanète autour d'une étoile.[Isabel Infantes/AFP]

D'ici à 30 ans, nous pourrions être en mesure de détecter des signes de vie extraterrestre. C'est Didier Queloz, lauréat du prix Nobel de physique 2019, qui le dit.

Ce dernier est le premier, avec Michel Mayor, a avoir découvert une exoplanète (alors qu'il n'était qu'un étudiant). Pas n'importe qui, donc.

«Je ne peux pas croire que nous soyons la seule forme de vie dans l'univers. Il y a bien trop de planètes, bien trop d'étoiles et la chimie est universelle. La chimie qui a créé la vie doit avoir lieu ailleurs», a-t-il déclaré au Telegraph.

D'après lui, il est «certain» qu'une vie alien sera détectée depuis la Terre d'ici 100 ans. Pour réduire le délai à la trentaine d'années annoncée, l'astronome suisse imagine l'invention d'une machine permettant de mieux comprendre l'activité biochimique des exoplanètes. Un scénario qu'il estime «réaliste».

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles