La montée du niveau de la mer pourrait dépasser les deux mètres d’ici la fin du siècle

Une équipe de chercheurs français alerte sur l'impact du réchauffement climatique sur les océans et la montée du niveau de la mer à l'horizon 2100, dans un rapport remis ce jeudi 24 octobre. Elle juge ce «phénomène inéluctable».

Aujourd'hui, ces scientifiques n'excluent plus que l'eau pourrait monter de deux mètres d'ici la fin du siècle.

Interrogée par Le Parisien, Audrey Bethinger, chef de projet prospective à l'Institut national de la recherche agronomique (Inra)  explique que «si  les émissions de gaz à effet de serre continuent à augmenter, le Giec (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) estime que la mer pourrait monter de plus d'1,10 m, mais dans une hypothèse de fort changement climatique et de fonte d'une partie significative des calottes polaires, l'élévation pourrait atteindre 2 m.» Ajoutant qu'«il est même question de 3 m dans une étude australienne qui vient d'être publiée dans la revue Nature».

Cette étude a mobilisé pas moins de 22 experts, originaires de 15 organismes de recherche différents.

Abondon du littoral

Selon Audrey Bethinger, «si la mer monte de deux mètres, ce qui est confirmé comme une hypothèse par les travaux du Giec, cela se traduira par des tempêtes plus destructrices, répétées, qui toucheront des zones d'habitations côtières, des infrastructures existantes. Il y aura également une salinisation des terres à répétition qui nuiront à l'agriculture.»

Certaines zones sensibles sont notamment mises en avant par ce groupe de recherches. En France, la région Aquitaine serait fortement touchée. Car l'érosion du littoral et les submersions auraient notamment pour conséquences, l'augmentation massive de la population bordelaise après 2050 et une nette diminution de la surface agricole.

D'autres régions du globe seront également touchées par la montée des eaux, comme l'Egypte, la Chine, le Bangladesh ou encore le Vietnam.

Ainsi, pour contrecarrer ce phénomène, il faudrait agir sur les gaz à effet de serre avant 2040 pour limiter les dégâts et la montée des eaux.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles