Les 5 plus gros krachs financiers de l'Histoire

La bourse de New York en octobre 1987. La bourse de New York en octobre 1987.[MARIA BASTONE / AFP]

90 ans après la crise financière d'octobre 1929 à Wall Street, retour sur les cinq krachs qui ont marqué l'histoire.

La bulle des bulbes

Voilà un krach boursier qui est arrivé comme une fleur... Au XVIIe siècle, la tulipe est une gerbe à la mode aux Pays-Bas. Tellement à la mode que l'engouement pour cette fleur venue de Constantinople est aujourd'hui appelé «tulipomanie». En 1637, les prix pour un bulbe de tulipe sont devenus délirants, atteignant plusieurs années de salaire d'un artisan. Finalement, la bulle spéculative éclate un beau matin de février et les députés d'Amsterdam décident d'annuler tous les contrats signés concernant les tulipes.

Le «jeudi noir» d'octobre 1929

Voici sans doute la crise boursière la plus célèbre et la plus grave de l'Histoire. Lors du «jeudi noir» du 24 octobre 1929 à Wall Street, la Bourse de New York, une décennie de spéculation financière s'acheve avec fracas : 13 millions de titres sont vendus, provoquant la chute des cours de la Bourse et la panique des marchés. La cause ? Après des années d'euphorie économique, la spéculation a pris le dessus sur le financement de l'économie réelle. Des millions d'Américains se retrouvent ruinés et c'est le début de la Grande Dépression, soit la plus grande crise économique du XXe siècle. 

Le «lundi noir» d'octobre 1987

Le krach se passe toujours en octobre et toujours à New York. Ce lundi 19 octobre 1987 est resté dans les annales de tous les boursicoteurs du monde. Alors que le monde occidental vit une période de prospérité économique, l'indice de la Bourse de New York, le Dow Jones, perd 508 points soit 22%. Certains spécialistes estiment que l'élément déclencheur a été la publication des chiffres du déficit commercial américain, en chute libre. La chute du Dow Jones entraîne celles des indices boursiers de Hong Kong, 46%, et Londres, 27%. Il faudra attendre deux ans avant que le Dow Jones retrouve son niveau d'avant octobre 1987.

Une bulle très «net»

En mars 2000, une bulle spéculative touche les secteurs de l'informatique et des télécommunications alors que des millions de personnes commencent à avoir accès à Internet. Dans les cinq années qui précèdent, les gains promis par les sociétés de ce nouveau secteur avaient attiré les investisseurs. Les valeurs boursières de ces entreprises ont alors augmenté sans lien réel avec leur chiffre d'affaires. Finalement, la bulle éclate en mars 2000.

Une crise en «subprimes»

On prend les Etats-Unis et on recommence. Dans les années 2000, les prêts hypothécaires à risque («subprimes» en anglais) sont populaires mais vont se révéler très dangereux. Les banques vendent ces prêts à des spéculateurs peu scrupuleux. Mais dès 2007, le marché de l'immobilier s'effondre devant la multiplication des défauts de paiement des Américains qui avaient souscrit à ces «subprimes». En septembre 2008, Lehman Brothers, une des plus grandes banques américaines, se déclare en faillite et la crise financière s'étend au reste du monde.

À suivre aussi

Le budget de la présidence de la République va passer de 103 à 105 millions d'euros.
Elysée Le budget de l'Elysée va augmenter de 600.000 euros en 2020
Économie Budget de la «sécu» 2020 : ce que ça va changer pour vous
L'employé a été licencié pour faute le 18 septembre dernier, et a été signalé à la police le lendemain.
Finance Un «trader fou» fait perdre 290 millions d'euros à son entreprise

Ailleurs sur le web

Derniers articles