Boris Johnson doit tenter une nouvelle fois de convoquer des élections anticipées

Un employé installe le drapeau britannique à l'entrée du Conseil européen à Bruxelles, le 28 octobre 2019 [John THYS / AFP] Un nouveau vote sur des élections anticipées est attendu ce mardi. [John THYS / AFP]

Le Premier ministre britannique Boris Johnson doit de nouveau tenter mardi d'obtenir des élections anticipées en décembre pour sortir le Brexit de l'impasse actuelle, qui a abouti à un troisième report de la sortie du Royaume-Uni.

Après le rejet lundi par les Communes d'un texte convoquant des législatives le 12 décembre, le dirigeant conservateur a aussitôt annoncé préparer un nouveau vote sur l'organisation d'élections. Il espère que celles-ci lui donneront la majorité qui lui permettrait enfin de remplir sa promesse de mettre en oeuvre le Brexit, trois ans et demi après le référendum de 2016.

Des élections déjà rejetées 

Alors que Boris Johnson avait promis une sortie de l'UE «coûte que coûte» le 31 octobre, assurant préférer être «mort au fond d'un fossé» plutôt que demander un nouveau report, les 27 autres membres de l'UE ont donné lundi, à trois jours de la date fatidique, leur feu vert à une prolongation jusqu'au 31 janvier, à moins que l'accord de divorce conclu il y a une dizaine de jours à Bruxelles ne soit ratifié d'ici là.

Quelques heures plus tard, la Chambre des communes a rejeté le texte du gouvernement convoquant des élections le 12 décembre, qui n'a reçu le soutien que de 299 députés (70 contre) alors qu'il fallait pour ce vote une majorité des deux tiers de 434 voix.

Les travaillistes, première formation d'opposition, ont bloqué le texte en s'abstenant, expliquant vouloir d'abord écarter le risque d'une sortie sans accord et se disant réticents à un vote à l'approche de Noël, à une période où les étudiants rendent visite à leurs familles.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson devant le 10 Downing Street, le 28 octobre 2019 à Londres [ISABEL INFANTES / AFP]
Photo

ci-dessus
Le Premier ministre britannique Boris Johnson devant le 10 Downing Street, le 28 octobre 2019 à Londres

 

«Nous ne permettrons pas à cette paralysie de continuer», a assuré le Premier ministre après le vote. «Cette assemblée ne peut plus retenir le pays en otage. Des millions de familles et d'entreprises ne peuvent pas faire de projet pour l'avenir».

M. Johnson a annoncé que son gouvernement déposerait dès lundi soir un projet de loi permettant de convoquer des élections selon une autre procédure, par le biais d'une loi, avec une majorité simple, à la date du 12 décembre ou une autre. Un vote est attendu mardi.

Un tel texte pourrait obtenir le soutien de certains partis d'opposition, comme les formations europhiles d'opposition, le parti national écossais (SNP) et les Libéraux-démocrates.

Pour tenter d'obtenir le soutien de ces partis, le ministre chargé des Relations avec le Parlement, Jacob Rees-Mogg, un partisan ardent du Brexit, a assuré lundi que le gouvernement s'abstiendrait de soumettre de nouveau aux députés le texte prévoyant l'application de l'accord de Brexit conclu avec l'UE il y a une dizaine de jours.

Si «le Parlement résiste» et bloque la tenue d'élections, «je voudrais exhorter les Etats membres de l'Union européenne à indiquer clairement qu'un autre report (du Brexit) après le 31 janvier n'est pas possible», a écrit Boris Johnson au président du Conseil européen, Donald Tusk, prenant acte de la décision européenne.

Il s'agit du troisième report du Brexit, plus de trois ans après le vote de 52% des Britanniques, en juin 2016, pour quitter l'Union européenne. D'abord prévu le 29 mars, le Brexit a été repoussé au 12 avril puis au 31 octobre.

Le report accordé lundi prévoit une date butoir au 31 janvier mais avec la possibilité pour le Royaume-Uni de quitter l'UE au 30 novembre ou au 31 décembre en cas de ratification de l'accord de sortie avant ces échéances, selon un document vu par l'AFP.

La France, pays le plus réticent à un report long, a donné son accord à cette nouvelle prolongation en l'assortissant de conditions. La décision s'accompagne d'une déclaration politique dans laquelle l'UE exclut toute renégociation de l'accord conclu avec le Premier ministre britannique Boris Johnson et demande à Londres de proposer un candidat britannique comme commissaire européen.

La formalisation du report devrait intervenir d«ici mardi ou mercredi» à l'issue d'une consultation des dirigeants des 27 par une procédure écrite, selon une source européenne.

Le négociateur en chef de l'UE pour le Brexit Michel Barnier s'est dit lundi «très content qu'une décision ait été prise», à l'issue de la réunion des ambassadeurs qualifiée de «courte et efficace».

Le président du Parlement européen David Sassoli a estimé que cette prolongation «donnait du temps au Royaume-Uni pour clarifier ce qu'il veut». «Dans le même temps, le Parlement européen continuera à examiner minutieusement l'accord de retrait», qu'il doit lui aussi ratifier, a-t-il ajouté.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles