Les attaques perpétrées par l’extrême droite dans le monde

Halle, Christchurch, Pittsburgh... Ces dernières années, les attaques ou attentats d'extrême-droite se sont multipliés en Europe et dans le monde. Halle, Christchurch, Pittsburgh... Ces dernières années, les attaques ou attentats d'extrême-droite se sont multipliés en Europe et dans le monde. [Tessa BURROWS / AFP]

Alors qu'un ancien membre du Rassemblement national a attaqué la mosquée de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) et deux fidèles lundi 28 octobre, les attentats d'extrême droite se sont multipliées ces dernières années en Europe et dans le monde.

Halle, 2019

En pleine célébration de Yom Kippour, après avoir tenté d’entrer, en vain, dans la synagogue de Halle (Allemagne) où priaient 51 fidèles, Stephan Balliet, présenté comme un néo-nazi de 27 ans, tue deux personnes au hasard : d'abord une passante, près de la synagogue, puis un homme dans un restaurant turc.

Comme lors des attentats de Christchurch, l'auteur filme ses actes, qu'il diffuse en direct (sur la plateforme de streaming Twitch) durant trente-cinq minutes. Dans cette vidéo, il nie l'existence de la Shoah et s'en prend aux Juifs.

Avant la fusillade, il avait publié en ligne un «manifeste» d'une dizaine de pages, suivant l'exemple du Norvégien Anders Behring Breivik ou l'Australien Brenton Tarrant, dans lequel il exprimait sa haine des Juifs. Il a confirmé les motivations antisémites et d'extrême droite de son geste lors d'un long interrogatoire avec un juge.

El Paso, 2019

Le 3 août dernier, Patrick Crusius, un homme blanc de 21 ans se rend à El Paso, ville américaine à majorité hispanique située à la frontière avec le Mexique, où il entre dans un hypermarché Wallmart bondé et tire avec un fusil d'assaut semi-automatique sur des dizaines de clients.

Le bilan est lourd : 22 morts, dont 8 Mexicains et une majorité d'Américains d'origine hispanique, et 26 blessés. Dans un manifeste mis en ligne avant l'attaque, il avait dénoncé une «invasion hispanique du Texas» et déclaré «soutenir le tireur de Christchurch», puis a admis en garde à vue avoir voulu s'en prendre à des «Mexicains». Il a plaidé non-coupable, et risque la peine de mort.

Christchurch, 2019

Le 15 mars 2019, Brenton Tarrant, un suprémaciste australien de 28 ans, ouvre le feu pendant la prière du vendredi dans deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, tuant 51 fidèles.

Il se filme et diffuse les images du carnage en direct sur Facebook, pendant environ dix-sept minutes. Inculpé de 92 chefs d'accusation, dont 51 de meurtre, de 40 de tentative de meurtre et d'un de terrorisme, le suprémaciste - qui avait cité la théorie du «grand remplacement» dans un manifeste publié sur Twitter juste avant la tuerie - sera jugé à partir de juin 2020. Il est actuellement détenu dans une prison de haute sécurité, à l'isolement.

Pittsburgh, 2018

La pire attaque antisémite commise sur le sol américain. Le 27 octobre 2018, armé de trois armes de poing et d'un fusil d'assaut semi-automatique, Robert Bowers, un suprémaciste blanc antisémite de 46 ans, tire sur des fidèles réunis dans une synagogue de Pittsburgh (Pennsylvanie).

Onze personnes sont tuées, principalement des personnes âgées, et six autres sont blessées. «Je voulais juste tuer des Juifs», expliquera Robert Bowers après son arrestation, accusant les Juifs d'être responsables d'un «génocide» des Blancs. Une rhétorique que l'on retrouve au sein de l'extrême droite. Inculpé de 29 chefs d'accusation, il encourt la peine de mort.

Québec, 2017

Le 29 janvier 2017, Alexandre Bissonnette, une étudiant de 27 ans, ouvre le feu contre des musulmans rassemblés pour la dernière prière de la journée devant la mosquée de Québec. Il tue 6 personnes et fait 35 blessés.

Qualifié d'«attentat terroriste» par le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, cet acte était, jusqu'aux attaques de Christchurch, la pire tuerie contre un lieu de culte musulman en Occident

Londres, 2017

Le 19 juin 2017, un Gallois de 48 ans fonce au volant d'une camionnette dans la foule de fidèles alors qu'ils sortent d'une prière nocturne du ramadan, tout près de la mosquée de Finsbury Park, dans le nord-est de Londres. Au total, une personne est tuée et douze autres blessées. 

L'auteur, Darren Osborne, s'est radicalisé dans les semaines précédant l'attaque. Il a été condamné à perpétuité en février 2018.

Charlottesville, 2017

Le 12 août 2017, lors d'un rassemblement de l'extrême droite américaine, principalement des néo-nazis et des membres du Ku Klux Klan, un jeune militant d'extrême-droite, James Fiels, fonce en voiture dans la foule des contre-manifestants.

Il tue une femme de 32 ans, Heather Heyer, et blesse 19 autres personnes. L'homme a été inculpé pour meurtre, blessures et délit de fuite.

Birmingham, 2013

Le 29 avril 2013, un Ukrainien, Pavlov Lapshyn, poignarde Mohammed Saleem à Small Heath, à Birmingham, alors qu'il sort de la mosquée de Green Lane.

Lors de son arrestation, l'homme a reconnu le meurtre mais aussi la planification d'explosions non loin des mosquée des Walsall, Tipton et Wolverhampton, en juin et en juillet. 

Oslo / Utoya, 2011

Le 22 juillet 2011, en Norvège, le terroriste d'extrême droite Anders Behring Breivik commet un double attentat, qui fera au total 77 morts : 8 à Oslo près du siège du gouvernement et 69 sur la petite île d'Utoya.

Il a été condamné à une peine de 21 ans de prison susceptible d'être prolongée indéfiniment. Depuis son arrestation, l'homme ne cesse de revendiquer ses opinions extrémistes.

Paris, 2002

Le 14 juillet, un jeune homme de 25 ans, Maxime Brunerie, tente de tuer le président de la République Jacques Chirac lors du défilé. Le tir est dévié par l'un des spectateurs.

Il est ensuite immobilisé par plusieurs personnes alors qu'il tente de retourner l'arme contre lui.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles