Offensive turque en Syrie, en direct : début des patrouilles turco-russes

Un accord avait été conclu le 22 octobre dernier entre les présidents russe et turque. [Delil SOULEIMAN / AFP]

Aux termes d'un accord conclu le 22 octobre entre les présidents turc Recep Tayyip Erdogan et russe Vladimir Poutine, les forces kurdes de l'YPG ont quitté le nord-est de la Syrie. La Turquie avait lancé contre elles une offensive le 9 octobre dernier.

Vendredi 1er novembre

10h12

Des militaires turcs et russes ont commencé à patrouiller conjointement dans le nord-est de la Syrie aux termes d'un accord qui a mis fin à une offensive d'Ankara contre les forces kurdes syriennes, a constaté un correspondant de l'AFP.

Les patrouilles ont débuté dans un village de la région de Dirbassiyeh, a constaté le correspondant de l'AFP depuis le côté turc de la frontière où l'armée turque a emmené des journalistes pour couvrir l'événement.

Mardi 29 octobre

18h42

La Russie a indiqué à la Turquie que les forces kurdes qualifiées par Ankara de «terroristes» s'étaient «totalement» retirées de leurs positions à la frontière turque dans le nord-est de la Syrie, a déclaré mardi le président Recep Tayyip Erdogan.

«La Russie a transmis à nos autorités compétentes l'information selon laquelle les groupes terroristes se sont totalement retirés» des zones frontalières de la Turquie, a déclaré M. Erdogan. Aux termes d'un accord russo-turc, les combattants kurdes, soutenus par l'Occident, avaient jusqu'à mardi 15H00 GMT pour se retirer.

Dimanche 27 octobre 

15h00

Les forces kurdes en Syrie s'attendent à des représailles de Daesh après l'annonce de la mort du chef de l'organisation Abou Bakr al-Baghdadi dans un raid américain, a indiqué dimanche à l'AFP un commandant des Forces démocratiques syriennes (FDS). «Les cellules dormantes vont venger Baghdadi. Donc on s'attend à tout, y compris des attaques contre les prisons» gérées par les forces kurdes où sont détenus des milliers de jihadistes, a indiqué à l'AFP Mazloum Abdi, commandant des FDS, partenaires de Washington durant la lutte contre l'EI en Syrie.

10h56

 La Turquie a affirmé dimanche avoir été en «coordination» avec les Etats-Unis avant le déroulement de l'opération américaine en Syrie qui aurait permis, selon des médias américains, de tuer le chef du groupe Etat islamique (EI) Abou Bakr al-Baghdadi. «En préalable à l'opération américaine dans la province d'Idleb en Syrie la nuit dernière, des échanges d'informations et une coordination ont eu lieu entre les autorités militaires des deux pays», a affirmé dans un tweet le ministère turc de la Défense.

SAMEDI 26 OCTOBRE 

22H00

Des combats violents entre les forces pro-Ankara, appuyées par l'aviation turque, et les forces kurdes soutenues par l'armée syrienne ont fait samedi 15 morts, a indiqué une ONG, alors que les troupes de Damas se sont déployées à proximité de la frontière syro-turque.

«Les combats ont lieu dans la zone située entre Tal Tamr et Ras al-Aïn et ont fait 15 morts, dont 9 combattants proturcs et six des FDS», a indiqué à l'AFP le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane

15h04

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a menacé samedi de «chasser les terroristes» de la frontière syro-turque si les milices kurdes syriennes ne se retirent pas de cette zone dans les délais prévus par l'accord conclu entre Ankara et Moscou. «Si les terroristes ne se retirent pas au terme des 150 heures (délai courant à partir du 23 octobre à 09H00 GMT selon les termes de l'accord, ndlr), nous prendrons le contrôle et nous les chasserons nous-mêmes», a-t-il déclaré dans un discours télévisé à Istanbul, en référence aux combattants kurdes des YPG.

MARDI 22 octobre

19h41

La Russie et la Turquie vont lancer des patrouilles communes dans le nord-est de la Syrie, après le désarmement des milices kurdes dans la région, a annoncé mardi le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, à l'issue de négociations marathon. «Ces décisions sont selon moi très importantes, voire décisives, et vont permettre de résoudre une situation très tendue», a déclaré le président russe Vladimir Poutine au côté de son homologue russe Recep Tayyip Erdogan à Sotchi (Russie), au sujet de ce mécanisme destiné à éviter la reprise de l'opération militaire turque dans le nord-est de la Syrie contre des groupes armés kurdes.

19h09

Erdogan a fait état d'un «accord historique» après un entretien avec Vladimir Poutine. 

18h51

Les Etats-Unis lèveront les sanctions imposées à la Turquie si elle respecte l'accord de cessez-le-feu dans le nord de la Syrie au-delà de la trêve négociée de cinq jours conclue avec Washington, a indiqué mardi un responsable américain. «C'est un engagement que nous respecterons», a précisé ce responsable ayant requis l'anonymat, sans préciser à quel moment les sanctions pourraient être levées.

«Toute opération militaire qui serait menée à la fin de la période de 120 heures, lorsqu'ils doivent observer un cessez-le-feu encore plus rigide et formel (...) nous mènerait à la conclusion que les Turcs ont violé notre accord, avec les inévitables sanctions» que cela implique, a-t-il ajouté.

17h54

Les combattants kurdes ont dit à Washington avoir quitté la zone de sécurité en Syrie, apprend-t-on de l'AFP. Les forces kurdes ont également indiqué avoir «totalement» rempli les conditions de l'accord de trêve, à quelques heures de l'expiration de l'accord. «Nous nous sommes pleinement conformés aux termes du cessez-le-feu (...) et avons retiré nos combattants et forces sécuritaires de la zone d'opérations militaires», a déclaré Redur Khalil, l'un des commandants des Forces démocratiques syriennes. 

13h06

Début des pourparlers entre le président russe Vladimir Poutine et son homologue turc. 

10h24

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a averti que l'offensive dans le nord de la Syrie reprendrait «avec une plus grande détermination», faute d'un retrait des forces kurdes avant 19H00 GMT.

«Le processus (de trêve) s'achève aujourd'hui à 22H00 (19H00 GMT). Si les promesses faites par les Américains ne sont pas respectées, l'opération reprendra avec une plus grande détermination», a déclaré M. Erdogan avant de s'envoler pour la Russie pour une rencontre cruciale avec son homologue russe Vladimir Poutine.

Lundi 21 octobre

19h05

Emmanuel Macron a souligné lundi, lors d'un entretien téléphonique avec son homologue russe Vladimir Poutine, «l'importance de la prolongation du cessez-le-feu» dans le nord-est de la Syrie, ainsi que d'une «sortie de crise par des moyens diplomatiques».

Vladimir Poutine doit rencontrer ce mardi à Sotchi le président turc Recep Tayyip Erdogan.

18h59

Donald Trump a annoncé lundi qu'il restait un «petit» nombre de soldats américains en Syrie, alors que les troupes ont comme prévu quitté le nord-est du pays, où se déroule l'offensive turque.

Le président des Etats-Unis a précisé que ces soldats se trouvaient dans «une partie totalement différente de la Syrie», près de la Jordanie et d'Israël, tandis que d'autres étaient déployés pour «protéger le pétrole», c'est-à-dire à proximité de l'Irak.

12h25

La trêve négociée par Ankara et Washington visant à permettre à une milice kurde de se retirer de ses positions dans le nord-est de la Syrie expirera mardi soir, ont indiqué des sources militaires turques. «Elle a commencé jeudi à 22H00 (heure turque) (...) et finira donc mardi à 22H00», ont précisé ces sources, ajoutant que la «zone de sécurité» qu'Ankara veut mettre en place le long de sa frontière serait longue de 120 km dans un premier temps.

Vendredi 18 octobre

19h58

Les Etats-Unis poursuivent leur retrait du nord de la Syrie et aucun soldat américain n'aidera à faire respecter la «zone de sécurité» entre les Kurdes et la Turquie, a prévenu  le ministre américain de la Défense Mark Esper.

16h52

Au moins 14 civils ont été tués dans le nord de la Syrie par des raids aériens d'Ankara et des bombardements à l'artillerie des rebelles proturcs, qui poursuivent une offensive contre des forces kurdes, d'après un nouveau bilan fourni par une ONG. «Des raids aériens et des tirs d'obus vendredi ont tué 14 civils dans le village de Bab al-Kheir et d'autres villages des environs», selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

15h20

Emmanuel Macron a annoncé une «initiative commune» avec Angela Merkel et Boris Johnson pour rencontrer «prochainement» le président turc Recep Tayyip Erdogan sur l'offensive de la Turquie dans le nord-est de la Syrie.

13h18

Les Nations unies ont annoncé vendredi que plus de 2 300 personnes, la plupart des femmes et des enfants, avaient fui les combats dans le nord-est de la Syrie pour se réfugier en Irak au cours des derniers jours.

Andrej Mahecic, porte-parole de l'agence de l'ONU a précisé, lors d'une conférence à Genève, que «plus de 1.600 réfugiés syriens avaient été acheminés depuis la frontière jusqu'au camp de réfugiés de Bardarash», à environ 150 kilomètres à l'est de la Syrie. Il a ajouté qu'un autre groupe de 734 personnes avait franchi la frontière dans la nuit. 

L'ONU estime qu'environ 166.000 personnes ont été contraintes de quitter leur foyer depuis le déclenchement le 9 octobre de l'offensive de la Turquie contre une milice kurde dans le nord-est de la Syrie.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) affirme pour sa part que l'opération militaire a provoqué le déplacement de 300.000 personnes en huit jours.

Selon l'ONG, près de 500 personnes ont été tuées au cours des combats, dont des dizaines de civils, en majorité kurdes.

12h52

Mustafa Bali, porte-parole des forces kurdes, estime que ces nouveaux bombardements aériens constituent une «violation» du cessez-le-feu.

12h35

Au moins cinq civils ont été tués vendredi dans le nord de la Syrie dans un raid aérien de la Turquie visant un village près de la localité frontalière de Ras al-Aïn, où des forces kurdes résistent toujours à une offensive d'Ankara, selon une ONG.

08H45

Des combats sporadiques se déroulent vendredi matin à Ras al-Aïn, ville frontalière du nord syrien, a rapporté une ONG. "Il y a des tirs d'artillerie sporadiques et on peut entendre des tirs dans la ville de Ras al-Aïn", a indiqué à l'AFP le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) Rami Abdel Rahmane

JEUDI 17 OCTOBRE

21h46 

Les forces kurdes se disent prêtes à respecter le cessez-le-feu avec la Turquie, annoncé peu avant par les Etats-Unis.

«Nous sommes prêts à respecter le cessez-le-feu», a annoncé le chef des Forces démocratiques syriennes (FDS) Mazloum Abdi, lors d'une intervention téléphonique sur la chaîne de télévision kurde «Ronahi».

19h42

Le vice-président américain Mike Pence, actuellement à Ankara, annonce que la Turquie va suspendre son offensive dans le nord de la Syrie pendant cinq jours. Si les forces kurdes se retirent du secteur pendant ce délai, l'offensive «s'arrêtera complètement». 

15h35

Le président syrien Bachar al-Assad a promis ce jeudi de faire face à l'offensive turque «par tous les moyens légitimes», après le déploiement de son armée en soutien aux forces kurdes visées par l'opération militaire dans le nord-est de la Syrie.

Dénonçant l'«agression» de la Turquie, M. Assad a assuré que la Syrie «y répondra et y fera face, sous toutes ses formes, dans n'importe quelle région du territoire syrien et par tous les moyens légitimes disponibles», selon des propos rapportés par les comptes de la présidence sur les réseaux sociaux.

14h10

Daesh a annoncé jeudi avoir «libéré un certain nombre» de femmes qui étaient détenues par les forces kurdes dans le nord de la Syrie, d'après un communiqué posté sur les chaînes Telegram de l'organisation jihadiste.

Une unité «des soldats du califat» a attaqué mercredi un QG des forces kurdes près de la ville de Raqa, «libérant des femmes musulmanes enlevées» par les combattants kurdes, selon le communiqué.

Les Kurdes syriens, confrontés à une offensive turque, ont rapporté ces derniers jours la fuite de centaines de proches de Daesh d'un camp de déplacés et l'évasion de cinq jihadistes d'une prison.

13h55

Les Syriens sont «unis» face à l'offensive de la Turquie, a estimé jeudi le gouvernement de Damas dans sa première réaction depuis le déploiement de son armée dans le nord-est du pays à l'appel des forces kurdes visées par l'opération.

«Le gouvernement syrien réaffirme son rejet total et sa condamnation ferme de l'agression flagrante de la Turquie», a dit le ministère des Affaires étrangères, en parlant de l'offensive lancée le 9 octobre par Ankara contre une milice kurde.

Dans un communiqué reproduit par l'agence de presse officielle Sana, il fait état «plus que jamais» de «la cohésion et l'unité de tous les Syriens, sous le drapeau national de la Syrie».

Damas accuse en outre Ankara de causer «la mort et la destruction» dans le nord-est du pays avec une offensive ayant dévoilé les «ambitions expansionnistes» de la Turquie, selon la même source.

12h35

Le vice-président américain Mike Pence est arrivé jeudi à Ankara pour tenter d'arracher du président turc Recep Tayyip Erdogan un cessez-le-feu. M. Pence a été précédé peu auparavant par le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo dans la capitale turque où les deux hommes doivent rencontrer M. Erdogan à 11H30 GMT.

09h31

Le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian discutait jeudi matin à Bagdad du possible transfert et jugement en Irak des jihadistes étrangers, dont 60 Français, détenus dans le nord-est de la Syrie, sous la pression de l'offensive turque sur cette zone.

08h25

«Plus de 300.000 civils ont été déplacés depuis le début de l'offensive» le 9 octobre, a déclaré Rami Abdel Rahmane, directeur de cette ONG qui dispose d'un vaste réseau de sources dans le pays en guerre.

Mercredi 16 octobre

21h35

Le président Recep Tayyip Erdogan se rendra le 22 octobre en Russie pour s'entretenir avec son homologue russe Vladimir Poutine, en pleine offensive d'Ankara dans le nord de la Syrie.

20h48

Le chef des Forces démocratiques syriennes (FDS), dominées par les combattants kurdes, Mazloum Abdi, a annoncé mercredi soir le «gel» des opérations contre Daesh, muté en organisation clandestine depuis sa défaite en mars.

«Nous avons gelé toutes nos activités contre Daesh», a déclaré M. Abdi dans un entretien télévisé sur la chaîne kurde «Ronahi». Les FDS se contenteront d'opérations «défensives face à Daesh», a-t-il ajouté. 

19h42

Donald Trump a nié avoir donné un «feu vert» à son homologue turc Recep Tayyip Erdogan pour envahir le nord de la Syrie en retirant les troupes américaines de la région, comme lui reprochent de nombreux critiques. «Je ne lui ai pas donné de feu vert. Quand vous dites ça, c'est très trompeur», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche.

«C'était l'inverse d'un feu vert. D'abord, nous n'avions quasiment pas de soldats là-bas. Ils étaient partis pour la plupart», a appuyé le milliardaire républicain.

19h41

Donald Trump a estimé que le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui mène une sanglante guérilla contre la Turquie depuis plusieurs décennies, était «probablement» une plus grande «menace terroriste» que Daesh. «Le PKK, qui fait partie des Kurdes, comme vous le savez, est probablement pire en termes de terrorisme et un plus grande menace terroriste en bien des aspects que Daesh», a déclaré le président américain lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche.

18h54

Deux jihadistes belges qui étaient emprisonnés dans le nord-est de la Syrie se sont échappés de leur centre de détention, a annoncé mercredi devant une commission du Parlement belge Paul Van Tigchelt, patron de l'Ocam, l'agence antiterroriste belge.

18h41

Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est inquiété dans une très courte déclaration adoptée à l'unanimité «du risque de dispersion» des jihadistes retenus prisonniers dans le nord-est de la Syrie, sans toutefois réclamer la fin de l'offensive militaire turque contre les Kurdes.

Les 15 membres du Conseil, incluant la Russie, acteur principal dans le conflit opposant Turcs aux Kurdes déclenché il y a dix jours par Ankara, font part aussi de leur «grande préoccupation» face à l'éventualité d'une «détérioration accrue» de la situation humanitaire dans le nord-est de la Syrie.

16h42 

«Les Kurdes sont très bien protégés», a déclaré Donald Trump depuis la Maison Blanche, alors que le milliardaire républicain est accusé, aux Etats-Unis comme par ses alliés étrangers, d'avoir «abandonné» les Kurdes. «Et d'ailleurs, ce ne sont pas des anges», a-t-il ajouté, alors que son vice-président Mike Pence doit décoller en fin de journée pour rencontrer le président Recep Tayyip Erdogan en Turquie.

14h52

Le président turc Recep Tayyip Erdogan va bien rencontrer jeudi le vice-président américain Mike Pence dépêché par Donald Trump pour arracher un cessez-le-feu sur la Syrie, a affirmé mercredi la présidence turque.

M. Erdogan, qui avait déclaré à la chaîne Sky News que M. Pence et le secrétaire d'Etat Mike Pompeo ne seraient reçus que par leurs homologues turcs, «prévoit bel et bien de rencontrer la délégation américaine», a déclaré le directeur de la communication de la présidence turque, Fahrettin Altun, sur Twitter.

12h29

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a exclu mercredi toute négociation avec les forces kurdes en Syrie, considérées comme "terroristes" par Ankara, en vue de mettre fin à l'offensive turque en cours. "Certains dirigeants essayent de mener une médiation. Il n'y a rien de tel dans l'histoire de la République turque que de s'asseoir à une même table avec une organisation terroriste", a déclaré M. Erdogan lors dans un discours devant le groupe parlementaire du parti au pouvoir.  "Notre proposition est la suivante: tout de suite, ce soir, que tous les terroristes déposent leurs armes et leurs équipements, détruisent toutes leurs fortifications et se retirent de la zone de sécurité que nous avons fixée", a-t-il ajouté.

09h41

De violents combats opposaient mercredi l'armée du régime syrien et les forces kurdes aux rebelles proturcs dans le nord de la Syrie en guerre. Ces combats se déroulaient près de l'autoroute stratégique M4, dans des secteurs séparant les territoires sous contrôle des forces kurdes de zones récemment conquises par les supplétifs syriens d'Ankara, a précisé l'OSDH.

08h27

Le président russe Vladimir Poutine a discuté au téléphone du conflit syrien avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan et l'a invité en Russie "dans les prochains jours", a annoncé le Kremlin mardi soir. "Vladimir Poutine a invité Recep Tayyip Erdogan pour une visite de travail dans les prochains jours. L'invitation a été acceptée", a annoncé le Kremlin dans un communiqué, qui ajoute que les deux leaders ont souligné "la nécessité de prévenir un conflit entre les unités turques et syriennes" dans le nord de la Syri

Mardi 15 octobre

22h40

Deux soldats du régime syrien ont été tués par des tirs d'artillerie des rebelles proturcs dans le nord du pays, où l'armée de Damas est intervenue à l'appel d'une milice kurde pour contrer une offensive de la Turquie, a rapporté une ONG.

21h51

Le vice-président américain Mike Pence rencontrera jeudi le président turc Recep Tayyip Erdogan avec l'objectif affiché d'obtenir un «cessez-le-feu immédiat» dans le nord de la Syrie.

Mike Pence sera accompagné en Turquie de Mike Pompeo, chef de la diplomatie américaine, Robert O'Brien, conseiller à la sécurité nationale, et James Jeffrey, émissaire américain pour la Syrie, a précisé la Maison Blanche mardi.

19h30

La Turquie a affirmé qu'elle poursuivrait son opération militaire dans le nord de la Syrie «avec ou sans le soutien» du monde et dénoncé le «sale marchéå conclu entre les forces kurdes et le régime de Damas. «Nous allons continuer à combattre tous les groupes terroristes, y compris Daesh, que le monde accepte ou pas de nous soutenir», a déclaré à l'AFP le directeur de communication de la présidence turque, Fahrettin Altun.

Il a accusé les milices kurdes des YPG, que la Turquie essaie de déloger des zones qu'elles contrôlent dans le nord-est de la Syrie, d'avoir «délibérément visé les civils à la frontière, y compris des journalistes, avant de conclure un sale marché avec le régime d'Assad».

17h39

Condamnant l'opération turque, le gouvernement espagnol a annoncé qu'il ne vendrait pas à Ankara de matériel militaire «suceptible d'être utilisé» dans l'opération contre les forces kurdes. 

Madrid rejoint ainsi la Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne, qui ont pris des décisions similaires. 

116h46

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian va se rendre en Irak pour discuter avec les autorités irakiennes et les Kurdes de la «sécurité» des camps où sont détenus les jihadistes étrangers. «Les combattants jihadistes, j'ai dit tout à l'heure qu'il y en avait 10.000 qui sont aujourd'hui dans des prisons dont il faut assurer absolument la sûreté et la sécurité. C'est pour cette raison que je vais me rendre (...) en Irak dans peu de temps afin de parler avec l'ensemble des acteurs, y compris les Kurdes», a-t-il déclaré à l'Assemblée nationale. 

13h09

Le ministre britannique des Affaires étrangères Dominic Raab a annoncé mardi la suspension des exportations vers la Turquie d'armes «qui pourraient être utilisées» dans l'offensive lancée la semaine dernière par Ankara contre les forces kurdes dans le nord de la Syrie.

«Les armes militaires destinées à la Turquie qui pourraient être utilisées dans cette opération ont été suspendues sous réserve d'un examen qui aura lieu», a déclaré Dominic Raab devant la Chambre des Communes.

12h49

Un soldat turc a été tué mardi par des obus depuis la région de Minbej, dans le nord de la Syrie, où de violents combats ont opposé dans la nuit les forces d'Ankara à des combattants kurdes, a indiqué le ministère turc de la Défense.

10h53

Les autorités kurdes en Syrie ont affirmé mardi que l'aide humanitaire internationale dans les régions sous leur contrôle dans le nord du pays était totalement à l'arrêt.

«La situation des déplacés a empiré dans les régions visées par l'agression (turque), avec l'arrêt total de l'aide humanitaire, l'arrêt des activités de toutes les organisations internationales et le retrait de leurs employés», d'après un communiqué de l'administration semi-autonome kurde.

10h39

Le groupe automobile Volkswagen a annoncé mardi avoir suspendu sa décision sur la construction d'une nouvelle usine en Turquie, se disant «préoccupé» par l'offensive turque en Syrie.

Le leader mondial du marché automobile avait décidé «ces derniers mois» d'installer en Turquie son nouveau site de production d'Europe de l'Est, et non en Roumanie ou en Bulgarie, selon le quotidien Handelsblatt.

10h38

Les combattants kurdes de Syrie «ont lancé dans la nuit une vaste contre-attaque contre les forces turques et leurs alliés syriens près de Ras al-Aïn», une ville-clé à la frontière turco-syrienne que cherche à prendre Ankara, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Selon l'ONG, les forces kurdes sont parvenues à ralentir la progression des forces turques dans la ville.

10h20

La Turquie empêchera les combattants de Daesh de quitter le nord-est de la Syrie, où l'armée turque mène une offensive contre les forces kurdes, a affirmé son président Recep Tayyip Erdogan dans une tribune publiée mardi par le Wall Street Journal.

Lundi 14 octobre

23h17

Le ministre américain de la défense Mark Esper a vivement dénoncé l'offensive militaire turque «inacceptable» en Syrie, estimant qu'elle avait résulté en la «libération de nombreux détenus dangereux» de Daesh.

Washington demandera à l'Otan de prendre des «mesures» contre la Turquie, coupable d'avoir «sapé» la mission internationale anti-Daesh dans le pays, a-t-il ajouté. 

22h48

Emmanuel Macron et Donald Trump se sont entretenus par téléphone ce lundi soir. Le président français a insisté auprès de son homologue américain sur la «nécessité absolue d'empêcher une résurgence» de Daesh. 

22h33

Le président américain Donald Trump a annoncé qu'il allait «bientôt» signer un décret autorisant des sanctions contre des dirigeants turcs «et toute personne contribuant aux actes destabilisateurs de la Turquie». Il a également évoqué une augmentation des tarifs douaniers sur l'acier. 

«Je suis totalement prêt à détruire rapidement l'économie turque si les dirigeants turcs poursuivent dans cette voie dangereuse et destructrice», a souligné le président américain. 

19h36

Selon l'ONU, l'offensive turque a fait a provoqué le déplacement d'au moins 160.000 personnes, dont près de 70.000 enfants.

Le secrétaire général de l'organisation, Antonio Guterres, a appelé à une «désescalade immédiate», demandant aux deux parties de «résoudre leurs problèmes de manière pacifique» et «d'observer le maximum de retenues». 

19h34

Les forces du régime syrien sont entrées dans la ville clé de Minbej, dans le nord de la Syrie, ont indiqué les médias d'Etat, dans le cadre d'un déploiement militaire pour contrer une offensive turque.

18h15

La Turquie a vivement rejeté les critiques de l'Union européenne, y voyant une «approche qui protège les éléments terroristes». 

14h26

L'Union européenne a condamné lundi l'opération militaire turque dans nord de la Syrie et prépare des sanctions contre les forages illégaux réalisés par la Turquie au large de Chypre, ont annoncé les ministres des Affaires étrangères dans une déclaration commune.

09h04

Les forces du régime syrien se sont rapprochées lundi de la frontière avec la Turquie, où les troupes d'Ankara et des supplétifs syriens mènent toujours des combats contre une milice kurde, a rapporté un correspondant de l'AFP.

Les forces sont déployées à la périphérie de Tal Tamr, au sud de la ville frontalière de Ras al-Aïn où se déroulent des combats, a indiqué le correspondant de l'AFP. L'agence officielle Sana a confirmé l'arrivée «des unités de l'armée arabe syrienne» à la localité de Tal Tamr.

dimanche 13 octobre

21h02

Les Kurdes syriens ont annoncé dimanche soir avoir conclu un accord avec Damas pour le déploiement de l'armée syrienne près de la frontière turque, au cinquième jour de l'offensive d'Ankara contre les forces kurdes dans le nord-est de la Syrie. «Afin de faire face à l'agression turque et empêcher qu'elle ne se poursuive, nous sommes parvenus à un accord avec le gouvernement syrien pour que l'armée se déploie le long de la frontière turco-syrienne dans le but de soutenir les Forces démocratiques syriennes», a annoncé dans un communiqué l'administration kurde

19h15

Emmanuel Macron réunit dimanche soir un conseil restreint de défense, a appris l'AFP de l'Elysée. Pour le président français, l'offensive turque risque de créer «une situation humanitaire insoutenable». 

19h11

Selon un média d'Etat, Damas a envoyé des troupes dans le Nord face à l'offensive turque. 

17h35

Un nouveau bilan de l'Observatoire syrien des droits de l'homme fait état d'au moins 26 civils tués dimanche dans le nord syrien par des bombardements et des tirs de forces turques ou leurs supplétifs syriens, engagés dans une offensive contre une milice kurde. 

16h27

Le chef du Pentagone Mark Esper a annoncé dimanche le retrait de jusqu'à 1.000 soldats américains du nord de la Syrie - ce qui représente la quasi totalité des forces dans le pays -, évoquant une «situation intenable» pour des troupes qui «peuvent se retrouver prises en étau» entre les Kurdes et les Turcs.

14h58

La chancelière allemande Angela Merkel a enjoint dimanche au président turc Recep Tayyip Erdogan d'immédiatement faire cesser l'offensive dans le nord de la Syrie. 

Cette opération militaire risque de faire partir une grande partie de la population de la zone prise pour cible, ainsi que de provoquer «une déstabilisation de la région et (de) conduire à une résurgence de Daesh», a-t-elle déclaré.

14h23

Les embargos sur les ventes d'armes à la Turquie ne suffiront pas à stopper son opération en Syrie, a déclaré dimanche le président turc Recep Tayyip Erdogan, au lendemain d'une décision de Berlin et Paris de suspendre certaines ventes à Ankara.

«Depuis que nous avons lancé notre opération, nous faisons face à des menaces de sanctions économiques ou d'embargos sur les armes. Ceux qui pensent pouvoir nous contraindre à reculer avec ces menaces se trompent», a dit M. Erdogan lors d'un discours à Istanbul.

13h

La France est «inquiète» après l'annonce de la fuite de 800 proches de jihadistes étrangers du groupe Etat islamique (EI) d'un camp en Syrie et appelle une nouvelle fois la Turquie à «terminer au plus vite son intervention» contre les Kurdes, a indiqué dimanche la porte-parole du gouvernement. «Evidemment que nous sommes inquiets par rapport à ce qui pourrait se passer et c'est la raison pour laquelle nous souhaitons que la Turquie (...) termine au plus vite l'intervention qu'elle a commencée, que nous avons évidemment condamnée», a déclaré Sibeth Ndiaye dans l'émission «Dimanche en Politique» sur France 3.

12h25

Les autorités kurdes ont annoncé dimanche la fuite de près de 800 proches de jihadistes étrangers de Daesh d'un camp de déplacés du nord de la Syrie, à proximité de combats entre forces kurdes et proturques.

«Le camp d'Aïn Issa est désormais sans gardes», ont indiqué les Kurdes. L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a assuré que les gardes du camp l'avaient «quitté» et que «des déplacés» fuyaient «au fur et à mesure».

12h03

Au moins 14 civils ont été tués dimanche par des bombardements ou des tirs dans le nord de la Syrie, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une ONG qui dispose d'un vaste réseau de sources dans le pays.

En cinq jours, 104 combattants kurdes ainsi que 52 civils ont été tués dans les violences, selon un dernier bilan de l'OSDH.

11h34

L'offensive turque dans le nord-est de la Syrie a déjà contraint environ 130.000 personnes à fuir leurs foyers, a indiqué dimanche l'ONU. «Nous envisageons un scénario selon lequel jusqu'à 400.000 personnes pourraient être déplacées dans les zones touchées et au-delà», a indiqué l'organisation internationale.

SAMEDI 12 octobre

18h47

Au moins neuf civils ont été «exécutés» en Syrie par les supplétifs syriens qui participent à l'offensive lancée par Ankara contre une milice kurde dans le nord-est du pays en guerre, a rapporté une ONG. 

«Les neufs civils ont été exécutés à des moments différents, au sud de la ville frontalière de Tal Abyad», a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Parmi ces victimes, figurent une responsable d'un parti politique kurde et son chauffeur, selon un communiqué du Conseil démocratique syrien, bras politique des forces kurdes. 

11h57

La Turquie affirme que ses forces avaient capturé la ville de Ras al-Aïn, dans le nord-est de la Syrie, après quatre jours de bombardements et de combats contre une milice kurde soutenue par les pays occidentaux. «Au terme d'opérations couronnées de succès dans le cadre de l'opération Source de Paix, la ville de Ras al-Aïn située à l'est de l'Euphrate est passée sous contrôle», a déclaré le ministère turc de la Défense dans un communiqué.

Mais peu après, les forces kurdes ont démenti que la ville était tombées aux mains des forces d'Ankara. «Ras al-Aïn résiste toujours et les affrontements se poursuivent» a indiqué à l'AFP un responsable des Forces démocratiques syriennes (FDS).

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) et un correspondant de l'AFP sur place, les forces turques et des supplétifs syriens sont entrés dans la ville mais les combats se poursuivent.

10h42

La Turquie a nié avoir tiré sur des positions américaines dans le nord de la Syrie. «Il n'a absolument pas été question du moindre tir contre le poste d'observation américain», a ainsi déclaré le ministre turc de la Défense Hulusi Akar. Il a ajouté que l'artillerie turque avait bombardé des positions de la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG), contre laquelle Ankara mène une offensive en Syrie, situées à un kilomètre d'un poste d'observation américain.

Le Pentagone avait affirmé vendredi qu'une «explosion» s'était produite dans «une zone où les Turcs sont informés de la présence de forces américaines», ajoutant que ce tir d'artillerie n'avait pas fait de blessés parmi les soldats américains.

Vendredi 11 octobre

18h50

L'offensive menée par la Turquie contre les forces kurdes dans le nord-est de la Syrie a déplacé environ 100.000 personnes, ont indiqué vendredi les Nations Unies. «Quelque 100.000 personnes ont déjà quitté leurs foyers», a indiqué l'ONU dans un communiqué publié au troisième jour de l'offensive. 

17h28

Quatre soldats turcs ont été tués et plusieurs blessés par une milice kurde en Syrie contre laquelle Ankara a lancé une offensive cette semaine, ont rapporté vendredi les autorités et les médias. Un soldat a été tué jeudi et un autre vendredi dans le cadre de l'offensive déclenchée mercredi par Ankara dans le nord-est de la Syrie contre la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG), a indiqué le ministère de la Défense. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, 41 combattants kurdes et 17 civils ont été tués par les forces d'Ankara depuis mercredi.

14h08

Sept civils ont été tués vendredi dans la ville de Tal Abyad (nord), cible de l'offensive turque. Selon les informations de l'OSDH, quatre personnes, notamment, ont péri dans un raid «ayant visé leur voiture alors qu'ils fuyaient les violences». 

12h21

Le président russe a dit craindre vendredi que l'opération anti-milice kurde de l'armée turque dans le nord-est de la Syrie provoque une résurgence de Daesh dans toute la région. Des milliers de combattants de Daesh détenus par les Kurdes risquent de recouvrer la liberté, "c'est une menace réelle pour nous, pour vous, (car) où vont-ils aller et comment ?", a déclaré Vladimir Poutine lors d'un sommet de pays ex-soviétiques à Achkhabad, au Turkménistan. 

12h20

Le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg, en visite en Turquie, a exhorté vendredi Ankara à agir "avec retenue".

10h50

De violents combats opposent vendredi une milice kurde aux troupes turques et leurs supplétifs syriens dans le nord-est de la Syrie, au troisième jour d'une offensive d'Ankara sur des secteurs frontaliers tenus par les forces kurdes, selon une ONG. Les Forces démocratiques syriennes (FDS) --une coalition de combattants arabes et kurdes-- luttaient pour contenir l'avancée sur le terrain des forces turques, qui ont conquis jeudi 11 villages, dont deux ont été repris depuis par les Kurdes, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

07H27

Un soldat turc a été tué, le premier depuis le début de l'offensive turque visant les Kurdes de Syrie. «Notre frère d'arme est tombé en martyr le (jeudi) 10 octobre dans un affrontement contre des terroristes des YPG dans la zone de l'opération Source de Paix», a affirmé le ministère turc de la Défense dans un communiqué.

JEUDI 10 OCTOBRE

22h24

Donald Trump a évoqué jeudi la possibilité d'une médiation américaine dans le conflit entre la Turquie et les Kurdes, après le début de l'offensive d'Ankara contre une milice kurde dans le nord-est de la Syrie. «Nous avons un des trois choix suivants:  envoyer des milliers de soldats pour gagner militairement, frapper la Turquie très dur financièrement et avec des sanctions, et jouer les médiateurs en vue d'un accord entre la Turquie et les Kurdes», a écrit le président américain sur Twitter. 

17h32

Au moins six civils, dont un bébé et une fillette, ont été tués pour et plusieurs dizaines blessés jeudi par des projectiles turés sur des villes frontalières turques par une milice kurde syrienne qui fait l'objet d'une offensive d'Ankara, selon les autorités. 

16h07

Au moins deux civils, dont un bébé, ont été tués et 46 blessés jeudi par des projectiles tirés sur une ville frontalière turque par une milice kurde syrienne qui fait l'objet d'une offensive d'Ankara, selon les autorités locales. Un bébé syrien et un homme turc ont été tués par des roquettes et obus qui se sont abattus sur les villes frontalières d'Akçakale et de Ceylanpinar, ont indiqué les autorités locales dans un communiqué, ajoutant que les 46 blessés avaient été hospitalisés.

15h46

Le président Emmanuel Macron a appelé la Turquie à «mettre un terme le plus rapidement possible» à son offensive. 

15H02

Une vingtaine de personnes ont été blessées jeudi dans des localités turques par des obus en provenance du nord-est de la Syrie.

14h48

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), l'offensive de la Turquie contre une milice kurde a déjà fait plus de 60.000 déplacés. 

14h05

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a menacé jeudi d'ouvrir les portes de l'Europe à des millions de réfugiés en réponse aux critiques européennes contre l'offensive turque en cours dans le nord-est de la Syrie.

«Ô Union européenne, reprenez-vous. Je le dis encore une fois, si vous essayez de présenter notre opération comme une invasion, nous ouvrirons les portes et vous enverrons 3,6 millions de migrants», a déclaré M. Erdogan lors d'un discours à Ankara.

La Turquie accueille 3.6 millions de réfugiés syriens sur son sol. Le flux de migrants depuis la Turquie vers l'Europe s'est considérablement tari à la faveur d'un accord conclu en 2016 entre Ankara et l'UE.

13h24

La France a convoqué ce jeudi l'ambassadeur de Turquie, indique une source diplomatique. 

12h28

Plusieurs organisations ont appelé à des rassemblements samedi à Paris, en soutien aux Kurdes de Syrie et contre l'offensive turque déclenchée contre leurs positions, critiquée par de nombreux pays. Une première manifestation de soutien se déroulera samedi à 11h30 (09h30 GMT) sur l'Esplanade des droits de l'homme, place du Trocadero à Paris, à l'appel notamment de l'institut kurde de Paris, de la revue La règle du jeu du philosophe Bernard-Henri Levy et du Conseil de coordination des organisations arméniennes de France (CCAF).

11h36

A son tour, l'Iran appelle à «une cessation immédiate» de l'opération menée par les Turcs.

11h25

La Chine a appelé jeudi à respecter la souveraineté syrienne. "La Chine a toujours pensé que la souveraineté, l'indépendance et l'intégrité territoriale de la Syrie devaient être respectées et préservées", a déclaré devant la presse le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang.

11h14

Les forces kurdes en Syrie ont annoncé jeudi avoir repoussé un nouvel assaut terrestre de l'armée turque à la frontière entre les deux pays, dans le nord-est syrien, au lendemain de bombardements meurtriers sur ce secteur ayant marqué le lancement d'une offensive d'Ankara. Des tirs d'artillerie sporadiques de l'armée turque ont également été rapportés jeudi matin dans les zones frontalières de Tal Abyad et Ras al-Aïn, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

10h01

Deux importants jihadistes de Daesh connus sous le nom des "Beatles" et détenus par les forces kurdes en Syrie, ont été placés sous le contrôle de l'armée américaine en raison de l'offensive turque, a annoncé jeudi le président américain Donald Trump dans un tweet. "Dans l'hypothèse où la Turquie perdrait le contrôle (des prisonniers jihadistes détenus par les Kurdes en Syrie, ndlr), les Etats-Unis ont déjà sorti du pays et transféré dans un endroit sûr, contrôlé par l'armée américaine, les deux militants de Daesh, connus comme "les Beetles" (sic), impliqués dans des décapitations en Syrie", a tweeté le président américain. "Ils sont le pire des pires!".

Les deux jihadistes, selon le Washington Post et CNN, sont Alexanda Amon Kotey et El Shafee el-Sheikh, qui faisaient partie d'un quatuor surnommé par leurs otages "les Beatles" en raison de leur accent anglais. Leur unité avait enlevé des journalistes étrangers, torturé et décapité certains captifs, parmi lesquels le journaliste américain James Foley, tué en 2014.

09H54

La Ligue arabe a convoqué une réunion d'urgence samedi pour discuter de l'offensive lancée par la Turquie contre les forces kurdes en Syrie, a indiqué l'organisation panarabe tard mercredi.

MERCREDI 9 OCTOBRE

22h35

Les Forces démocratiques syriennes (FDS), dominées par les Kurdes des Unités de protection du peuple (YPG), ont affirmé mercredi soir avoir «repoussé» l'offensive turque sur la frontière nord de la Syrie, peu après qu'Ankara eut annoncé avoir lancé la phase terrestre de son opération contre les forces kurdes.

«L'offensive terrestre des forces turques a été repoussée par les combattants des FDS» dans la région de Tal Abyad, a écrit le porte-parole des FDS, Mustefa Bali, sur Twitter.

22h28

Le ministe français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a condamné sur Twitter «l'opération unilatérale par la Turquie en Syrie». «Elle remet en cause les efforts sécuritaires et humanitaires de la Coalition contre Daech et risque de porter atteinte à la sécurité des Européens. Elle doit cesser. Le conseil de sécurité est saisi», a-t-il déclaré. 

21h41

Des militaires turcs et leurs supplétifs syriens ont pénétré ce  mercredi soir dans le nord-est de la Syrie, a indiqué le ministère turc de la Défense.

Le porte-parole d'un groupe de rebelles syriens participant à l'offensive a affirmé à l'AFP que cette offensive terrestre avait commencé mercredi soir en direction de la ville de Tal Abyad, contrôlée par la milice des Unités de protection du peuple (YPG) dans le nord-est de la Syrie.

21h36

Le bilan s'élève désormais à 15 morts, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Selon l'organisme, qui dispose d'un vaste réseau de sources en Syrie, 40 personnes ont également été blessées lors de l'offensive. 

20h45

Au moins 11 personnes, dont 8 civils, ont été tuées mercredi au cours de l'offensive turque contre les forces kurdes dans le nord-est de la Syrie, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Parmi les victimes, deux sont mortes lors de tirs d'artillerie contre la ville de Qamichli, une ville majoritairement kurde, a précisé l'OSDH.

18h10

Une réunion en urgence et à huis clos du Conseil de sécurité de l'ONU a été demandée jeudi sur les opérations militaires de la Turquie en Syrie par les membres européens du Conseil de sécurité de l'ONU, a-t-on appris mercredi de sources diplomatiques.

Cette réunion a été réclamée par la Belgique, la France, l'Allemagne, la Pologne et le Royaume Uni. La rencontre, en fin de matinée, interviendra dans la foulée de consultations à huis clos du Conseil de sécurité sur la Colombie, selon les mêmes sources.

Mercredi matin, le président en exercice du Conseil de sécurité de l'ONU, l'ambassadeur sud-africain Jerry Matthews Matjila, avait appelé la Turquie à «épargner les civils» et à «exercer un maximum de retenue» dans ses opérations militaires en Syrie. 

17h11

Le Congrès américain va faire payer «très cher» au président turc Recep Tayyip Erdogan son offensive en Syrie contre des forces kurdes alliées de Washington, a prévenu mercredi l'influent sénateur républicain Lindsey Graham. 

«Priez pour nos alliés kurdes qui ont été honteusement abandonnés par l'administration Trump», a-t-il écrit sur Twitter. «Je vais mener les efforts aux Congrès pour qu'Erdogan paie très cher», a ajouté celui qui est d'ordinaire un proche soutien du président Donald Trump.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles