Vidéo : «Popeye», l’homme aux énormes biceps, mis KO en quelques minutes lors de son premier combat MMA

Kirill Tereshin (à gauche) cherche désormais à se faire retirer le synthol qu’il s’est injecté dans les bras.[@East2West]

Il s’est surnommé lui-même «Popeye», en hommage à ses bras monstrueux boostés au synthol. Mais en voulant s’essayer au MMA, Kirill Tereshin, un Russe de 33 ans, a douloureusement pris conscience que ses biceps surdimensionnés n'étaient pas suffisants pour éviter de mordre la poussière.

Il s’est fait battre dans une salle d’Akaban, par un adversaire du nom d’Oleg Mongol, un blogueur. Sur les vidéos diffusées sur les réseaux sociaux, on voit les deux combattants s’échanger quelques coups, avant que l’homme au bras de 62 centimètres se fasse coincer au sol et mettre hors d’état de combattre après un étranglement.

Si ce combat et son dénouement peuvent sembler ridicules, la réalité est en revanche bien plus triste. Selon son manager, «Popeye» est à la recherche d’un spécialiste capable de sauver ses deux bras maltraités. Des médecins l’ont récemment alarmé sur le risque de perdre ses membres, détaille LADbible. Une cagnotte en ligne a même été créée pour l’aider à récolter les trois millions de roubles nécessaires (42 000 euros).

l'un de ses bras est atteint de nécrose

Kirill Tereshin a expliqué avoir commencé à se faire des injections de synthol pour éviter de fondre musculairement lors de son service militaire. Une fois celui-ci terminé, «j’ai commencé à me transformer, en les faisant (les piqûres, ndlr) à la maison. Ma mère était très inquiète, mais ça va mieux depuis qu’elle sait que le synthol peut être retiré».

Lorsque son histoire avait été racontée pour la première fois, en 2017, des médecins avaient prévenus que l’injection de cette huile pouvait causer des embolies pulmonaires, des lésions nerveuses, des infections, des ulcères, des kystes ou des accidents vasculaires cérébraux. Aujourd’hui, les tissus de ses muscles sont atteints de fibrose, causant une nécrose sur l’un de ses bras.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles