Brésil : Lula bientôt libéré ?

L'ancien président a été condamné pour corruption passive et blanchiment d'argent. L'ancien président a été condamné pour corruption passive et blanchiment d'argent. [EVARISTO SA / AFP]

La Cour Suprême brésilienne reprend ce jeudi un jugement qui pourrait profiter à l'ancien président Lula, détenu dans la prison de Curitiba depuis avril 2018. Les juges sont amenés à se prononcer sur le maintien ou non d'une jurisprudence qui permet d'emprisonner une personne avant qu'elle ait pu effectuer tous les recours juridiques possibles.

Cette jurisprudence permet d'emprisonner une personne dès sa condamnation en seconde instance, et c'est le cas pour l'ancien président. Il avait été condamné en juillet 2017 à neuf ans et six mois de prison pour corruption passive et blanchiment d'argent, puis à douze ans et un mois en seconde instance.

L'objectif de ce jugement est de déterminer si cette jurisprudence est compatible avec la Constitution et ne remet pas en cause de principe de la présomption d'innoncence. Sept des onze juges de la Cour Suprême ont déjà rendu leur verdict, et le résultat s'annonce d'ores et déjà très serré : quatres juges ont voté contre le changement de la jurisprudence, et trois ont voté pour. D'après le quotidien Folha de São Paulo, les trois juges qui doivent encore rendre leur verdict se sont déjà prononcés par le passé contre cette jurisprudence.

Si la majorité vote en faveur de son changement, Lula pourrait être libéré en attendant la suite des recours judiciaires. Ayant déjà purgé un sixième de sa peine, le leader du Parti des Travailleurs peut bénéficier depuis la fin du mois de septembre d'un régime de semi-liberté, ce qu'il n'a pas accepté. Il refuse de quitter sa cellule tant que sa condamnation ne sera pas totalement annulée. «Je n'échange pas ma dignité contre ma liberté», a-t-il déclaré. 

À suivre aussi

Parmi les chefs d'État des grandes puissances internationales, seul Emmanuel Macron participera au forum de Paris.
Politique Le forum de Paris sur la Paix s'ouvre en l'absence des chefs d'État des grandes puissances
International Le principal soutien des Casques blancs, les secouristes oeuvrant en Syrie, retrouvé mort à Istanbul
Le président chilien Sebastian Pinera le 26 octobre 2019 à Santiago du Chili   [Pedro Lopez / AFP/Archives]
International Chili: le président Piñera propose des modifications de la Constitution

Ailleurs sur le web

Derniers articles