Macron rencontre Merkel à Berlin ce dimanche soir, sur fond de désaccords

Avenir de l'Otan et règle de 3 % de déficit, Angela Merkel et Emmanuel Macron se sont opposés sur ces deux sujets ces derniers jours. Avenir de l'Otan et règle de 3 % de déficit, Angela Merkel et Emmanuel Macron se sont opposés sur ces deux sujets ces derniers jours. [Pascal PAVANI / AFP]

Au lendemain du 30e anniversaire de la chute du Mur de Berlin, Emmanuel Macron retrouvera ce dimanche 10 novembre dans la soirée Angela Merkel à Berlin, alors que les deux partenaires étalent ces derniers jours leurs divergences sur plusieurs sujets.

Dans la capitale allemande, le président français aura des entrevues avec le président allemand Frank-Walter Steinmeier, à l'origine de l'invitation, puis avec la chancelière Angela Merkel. Tous trois participeront ensuite à un dîner informel en présence d'une dizaine d'acteurs et de témoins de la chute du Mur de Berlin et des événements de 1989.

«Il s'agit d'un moment de réflexion sur l'héritage de 1989 et le sens du projet européen, en mettant l'accent sur l'importance du couple franco-allemand», explique l'Elysée.

Cette rencontre intervient alors que les relations sont fraîches entre les deux alliés. Ces derniers se sont notamment confrontés ces derniers jours au sujet de l'avenir de l'Otan. Dans une interview à l'hebdomadaire britannique The Economist parue vendredi, Emmanuel Macron a jugé l'organisation politico-militaire «en état de mort cérébrale», déplorant le manque de coordination entre les Etats-Unis et l'Europe et le comportement unilatéral de la Turquie - membre de l'Alliance atlantique - en Syrie, qui y a mené une offensive militaire contre les Kurdes début octobre.

La règle des 3 % de déficit dans le viseur de Macron

Une saillie à laquelle a répondu de manière inhabituellement acide Angela Merkel, expliquant ne pas partager la vision «radicale» du chef d'Etat français. «Je ne pense pas qu'un tel jugement intempestif soit nécessaire, même si nous avons des problèmes, même si nous devons nous ressaisir», a ajouté la chancelière allemande.

Un autre dossier, économique celui-là, oppose également le couple franco-allemand. Dans l'entretien accordé à The Economist, Emmanuel Macron a estimé que la règle sur le maintien du déficit public des pays de la zone euro sous la barre des 3 % du PIB relevait d'un «débat d'un autre siècle». Le locataire de l'Elysée a insisté sur la nécessité d'une relance budgétaire, à travers une politique d'investissement active, pour alimenter la croissance européenne, une demande face à laquelle l'Allemagne fait la sourde oreille.

Les Allemands «sont les grands gagnants de la zone euro, y compris avec ses dysfonctionnements», a affirmé Emmanuel Macron. «Aujourd’hui simplement il faut que le système allemand intègre que cette situation n’est pas durable. [...] A un moment donné ils vont devoir repivoter», a-t-il assuré, en concédant que le «stimulus budgétaire» restait pour l'heure un «tabou».

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles