Le principal soutien des Casques blancs, les secouristes oeuvrant en Syrie, retrouvé mort à Istanbul

Des casques blancs en Syrie (illustration). [OMAR HAJ KADOUR / AFP]

Le directeur de la principale organisation qui soutient les Casques blancs, les secouristes de la défense civile opérant dans les zones rebelles en Syrie, a été retrouvé mort lundi à Istanbul, a-t-on appris auprès de son bureau.

Les causes exactes de la mort de James Le Mesurier, de nationalité britannique, n'étaient pas connues dans l'immédiat et son bureau s'est refusé à tout commentaire.

Selon des informations de presse, il a été retrouvé mort, avec des fractures aux deux jambes et à la tête, tôt lundi au pied de l'immeuble dans lequel se trouve son appartement.

Le bureau du gouverneur d'Istanbul a confirmé la mort de Le Mesurier dans un communiqué, affirmant qu'une enquête était en cours pour en déterminer les causes.

«Choc et tristesse»

Sur leur compte Twitter, les Casques blancs ont exprimé leur «choc et tristesse» après la mort de Le Mesurier, affirmant que «ses efforts humanitaires auprès des Syriens resteront dans notre mémoire».

Le Mesurier, un ancien officier de l'armée britannique, dirigeait l'organisation à but non-lucratif Mayday Rescue qui coordonne les dons destinés aux Casques blancs syriens et qui dispose de bureaux à Istanbul et aux Pays-Bas.

Le 22 octobre, le président américain Donald Trump avait validé une aide de 4,5 millions de dollars pour les Casques blancs.

Les Casques blancs, secouristes bénévoles connus pour intervenir sur les lieux bombardés afin d'en extraire les survivants, sont accusés par le régime syrien et son allié russe de soutenir les rebelles des zones dans lesquelles ils interviennent.

Le ministère russe des Affaires étrangères a ainsi affirmé le 8 novembre sur son compte Twitter que Le Mesurier «un ancien agent du MI6 (les services britanniques)» avait «des connexions avec des groupes terroristes».   

Un film consacré aux Casques blancs a obtenu l'Oscar du meilleur court métrage documentaire en 2017.

À suivre aussi

Un manifestant à Alger brandit une pancarte sur laquelle on peut lire "Pas mon président", le 13 décembre 2019 [RYAD KRAMDI                         / AFP]
International Algérie: un ex-fidèle de Bouteflika élu président, la rue le conspue
International Abdelmadjid Tebboune élu président de l'Algérie
De gauche à droite les manifestations au Liban, Sophie Wilmes la Première ministre belge et Juan Guaido président autoproclamé du Venezuela
Crise Comme Israël, ces pays qui connaissent un blocage politique

Ailleurs sur le web

Derniers articles